•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Autisme : Pas de motifs suffisants pour ouvrir une enquête sur la ministre MacLeod

La ministre des Services à l'enfance, Lisa MacLeod.
La ministre des Services à l'enfance et des Services sociaux et communautaires, Lisa MacLeod, est blanchie. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Le commissaire à l'intégrité, David Wake, a conclu dans son rapport qu'il n'y avait pas de motifs suffisants pour ouvrir une enquête sur la ministre Lisa MacLeod, accusée d'avoir tenté de s'attirer les faveurs d'un groupe de spécialistes pour appuyer sa réforme des services en matière d'autisme.

Selon l'association Ontario Association for Behaviour Analysis (ONTABA), la ministre MacLeod et son personnel avaient dit à l'organisme qu'il ferait face à quatre longues années s’il ne leur offrait pas une citation favorable pour appuyer son programme.

Lisa MacLeod s'était par la suite excusée auprès de l’association.

Le commissaire à l’intégrité affirme que même si l'allégation est vraie, les commentaires ne violent pas la Loi sur l'intégrité des députés, qui interdit d'utiliser le bureau de MacLeod pour influencer quelqu'un afin de promouvoir ses intérêts personnels.

Selon lui, l'allégation selon laquelle la ministre MacLeod aurait tenté d'obtenir une couverture médiatique favorable à sa politique ne constituait pas un intérêt privé.

La ministre MacLeod avait finalement annoncé en mars des assouplissements à sa réforme, face à la colère de parents qui estiment que le programme laisserait les enfants autistes sans accès au traitement dont ils ont besoin.

La plainte adressée au commissaire à l'intégrité a été déposée par Michael Coteau, qui était le ministre responsable du dossier lorsque le gouvernement libéral a dévoilé son programme en 2016, en réponse aux inquiétudes de familles.

Avec les informations de La Presse canadienne

Toronto

Politique provinciale