•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le NPD propose deux solutions à la pénurie de main-d'oeuvre à Rouyn-Noranda

Alexandre Boulerice pose en compagnie de deux femmes, dont Christine Moore, et son bébé.
Le chef adjoint du NPD, Alexandre Boulerice, était de passage dans la région. Photo: Radio-Canada / Jean-Marc Belzile
Jean-Marc Belzile

Le chef adjoint du NPD, Alexandre Boulerice, et la députée d'Abitibi-Témiscamingue, Christine Moore, annoncent deux mesures pour s'attaquer à la pénurie de main-d'oeuvre.

L'annonce a eu lieu dans les bureaux de l'entreprise Technosub, qui a été durement touchée par le manque de travailleurs.

Le NPD souhaite établir un crédit d'impôt non remboursable de 8000 $ sur un maximum de cinq ans pour les nouveaux diplômés qui travaillent en région éloignée.

Un nouveau diplômé pourrait donc obtenir un total de 18 000 $ en combinant le crédit d'impôt déjà offert par le gouvernement du Québec.

Un service de garde en milieu de travail

Le NPD souhaite également que le gouvernement fédéral soutienne les entreprises qui souhaitent implanter un service de garde sur leur lieu de travail.

Ce qu'il faut faire, c'est de faire en sorte que toutes les personnes qui ont un potentiel de pouvoir être employées, contribuer à l'économie locale, puissent le faire dans des conditions qui sont acceptables selon leurs conditions de vie, selon leurs conditions personnelles, affirme Christine Moore.

Le chef adjoint du NPD, Alexandre Boulerice, affirme être conscient que ces deux mesures ne permettront pas d'enrayer la problématique de main-d'oeuvre dans la région et que d'autres annonces auront lieu plus tard.

C'est pour ça qu'on parle d'une approche multidimensionnelle, c'est un bouquet de propositions qui feront le travail. Je pense aussi qu'il y a des choses très simples où il y a de l'information à donner, par exemple aux gens de la région métropolitaine et leur dire, venez en Abitibi-Témiscamingue, il y a de bons emplois puis être capable aussi de s'adapter pour que ce soit un milieu de vie dans lequel ils vont se reconnaître, avance-t-il.

Abitibi–Témiscamingue

Politique fédérale