•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Changer le climat de travail : réflexion avec un ancien chef de police

L'ancien chef du service de police de Calgary, Roger Chaffin.

L'ancien chef du service de police de Calgary, Roger Chaffin, a parlé des situations qu'il a vécues et des solutions pour améliorer le climat de travail au sein de l'organisme.

Photo : Radio-Canada / Justin Pennell

Radio-Canada

Lors d'un dîner-conférence, l'ancien chef de police de Calgary Roger Chaffin a fait ses premières déclarations publiques depuis sa retraite, l'an dernier, pour parler du travail qu'il reste à faire pour changer le climat de travail dans son ancienne organisation.

L'initiative de la Chambre des organismes caritatifs de Calgary pour que les milieux de travail deviennent des endroits plus sécuritaires s'est déroulée jeudi devant une centaine de personnes.

Dans les dernières années, des ex-employées et des employées actuelles du service de police ont dénoncé en vague le mauvais climat de travail et l’intimidation qu’elles ont subie de la part de leurs pairs.

Ces dénonciations ont contribué à entacher la réputation du corps de police et ébranler la confiance du public envers les forces de l’ordre.

Avec du recul, Roger Chaffin dit n’avoir aucun regret au sujet de la manière dont il a géré ce dossier. Il admet cependant que l’organisme a mis trop de temps à se rendre compte du problème.

« C'est un problème complexe, il ne suffit pas de dire : "Embauchons un nouveau chef, et les choses iront mieux" », pense-t-il.

Nous avons encore du travail à faire.

Roger Chaffin, ancien chef de la police de Calgary

D’après celui qui a été pendant environ trois ans à la tête du corps de police, l’une des erreurs graves a été de croire que la police était à l’abri de ce genre problème.

Des pistes de solution

Comme l’indique Pam Krause, présidente directrice générale du Centre de la santé sexuelle, le Service de police de Calgary est loin d’être le seul organisme à avoir les mêmes difficultés.

Au Canada, 19 % des femmes et 13 % des hommes ont déclaré avoir subi du harcèlement en milieu de travail, selon des chiffres de 2016 de Statistique Canada.

Selon Pam Krause, le plus important pour changer la culture dans les milieux de travail, c'est de former et d'informer autant les travailleurs que les dirigeants. Le mieux serait d’enseigner en bas âge ce qu’est le respect, selon elle.

Il faut aussi que les commentaires désobligeants et les gestes inappropriés cessent d'être banalisés.

« Il est important de comprendre que tout le monde joue un rôle quand il s'agit de créer un environnement de travail sécuritaire », dit-elle.

Son organisme souhaite d'ailleurs que ce ne soit pas qu’aux victimes de dénoncer des comportements inappropriés, mais aussi à ceux qui sont témoins de cas de harcèlement sexuel et psychologique.

Alberta

Forces de l'ordre