•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Victoria défend son association avec le privé en santé

Un médecin écrit sur un bloc de papier.
Les centres de soins essentiels ont été créés pour désengorger les salles d'urgence des hôpitaux. Photo: iStock
Geneviève Lasalle

Le ministre de la Santé, Adrian Dix, défend la décision de la régie de la santé Vancouver Coastal de s'associer à l'entreprise privée Seymour Health pour l'ouverture d'un centre de soins essentiels au centre-ville de Vancouver.

Le centre de soins essentiels de Seymour Health a ouvert ses portes en novembre. Il vise à désengorger les salles d'urgence des hôpitaux et les cliniques sans rendez-vous en offrant des services pour des problèmes qui ne menacent pas la vie du patient. Si la gestion est privée, les services, eux, sont gratuits pour les résidents de Colombie-Britannique.

Dans une lettre publiée jeudi, le Centre canadien de politiques alternatives (CCPA) se dit préoccupé par cet arrangement qui existe au sein même du système de santé public. Ce genre de processus « bénéficie aux entreprises les plus riches », selon Alex Hemingway, économiste et auteur du rapport de la CCPA.

Même s'ils offrent des services sans frais aux patients, Alex Hemingway affirme que les centres de santé à but lucratif sont plus coûteux et moins efficaces que les soins offerts dans le système public.

Le groupe médical Seymour Health aurait reçu près de 2 millions de dollars de Vancouver Coastal pour la rénovation de sa propriété, selon Alex Hemingway. « Les autorités sanitaires semblent donc avoir utilisé de l'argent public pour améliorer un actif immobilier appartenant à des intérêts privés », déplore-t-il.

Ce n'est pas un système nouveau, dit le premier ministre

La régie de la santé Vancouver Coastal se défend en disant que ce partenariat va dans le sens de la stratégie de la province pour offrir plus de services de soins essentiels.

Dans un communiqué, la régie de la santé déclare que le contrat avec le groupe médical Seymour Health est semblable aux contrats avec des fournisseurs de services de santé sans but lucratif et que les mêmes normes de soins y sont requises.

Il y a toujours eu un système hybride au Canada, soutient Adrian Dix.

Le ministre de la santé va plus loin en affirmant que son gouvernement entend ouvrir davantage de centres de soins essentiels dans le futur.

Certains centres seront entièrement privés et recevront du financement public, mais la plupart d'entre eux seront détenus, exploités et financés par l'État.

Adrian Dix, ministre de la Santé de Colombie-Britannique

Une deuxième clinique sous peu

Le rapport est publié au moment où la province tente d'aller de l'avant avec une deuxième clinique hybride.

La régie de la santé Vancouver Coastal a lancé une demande de manifestation d’intérêt pour un autre centre géré par le privé qui ouvrira ses portes dans le sud-ouest de la ville, aux coins des rues Cambie et 57e Ouest.

Pour le ministre de la Santé Adrian Dix, c'est plutôt « une excellente nouvelle ».

Il ne s’agit pas d’ajouter et de soustraire. Il s’agit d’essayer d'ajouter des services.

Adrian Dix, ministre de la Santé de Colombie-Britannique

Colombie-Britannique et Yukon

Santé publique