•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’Ontario ampute de 84,5 M$ le financement pour les enfants et les jeunes à risque

Photo d'une adulte qui tient la main d'un enfant.
L’Ontario ampute de 84,5 M$ le financement pour les enfants et les jeunes à risque. Photo: iStock
Philippe de Montigny

Le gouvernement de Doug Ford réduit l'enveloppe budgétaire allouée aux jeunes et aux enfants vulnérables de 84,5 millions de dollars, selon l'Association ontarienne des sociétés de l'aide à l'enfance.

Ce montant comprend 28 millions de dollars retranchés du budget des 49 sociétés d’aide à l’enfance de la province, qui se chiffre à 1,5 milliard de dollars.

Ces coupes surviennent alors que de nombreuses agences éprouvent déjà des difficultés financières. Certaines sociétés d’aide à l’enfance sont déficitaires et ont choisi de congédier des employés et réduire le nombre d’enfants qu’elles desservent pour se sortir du rouge.

Cet été, nous débuterons des consultations avec le secteur de la protection de l’enfance pour améliorer le système. Moins d’enfants sont admis aux sociétés d’aide à l’enfance et moins de jeunes sont incarcérés dans nos centres de détention.

Lisa MacLeod, ministre des Services à l'enfance
La ministre des Services à l'enfance, Lisa MacLeod.La ministre des Services à l'enfance et des Services sociaux et communautaires, Lisa MacLeod. Photo : Radio-Canada

La ministre des Services à l’enfance, Lisa MacLeod, précise que les centres de détention pour jeunes en Ontario sont sous-utilisés et donc, selon elle, la coupe de 84,5 millions de dollars comprend aussi une réduction du financement pour le système de justice pour la jeunesse.

Son ministère souligne par ailleurs que la province investit 90 millions de dollars cette année pour des programmes de prévention. Deux tiers de cette somme ciblent spécifiquement les jeunes autochtones.

De son côté, la Société d’aide à l’enfance de Toronto affirme dans une déclaration envoyée à Radio-Canada par courriel que des compressions budgétaires étaient à prévoir étant donné la réalité fiscale de la province.

Nous nous engageons à soutenir les enfants, les jeunes et les familles et nous espérons pouvoir travailler avec nos partenaires et le gouvernement pour aller de l’avant, a déclaré son président-directeur général, Paul Rosebush.

Le député néo-démocrate, Peter Tabuns.Le député néo-démocrate, Peter Tabuns. Photo : Radio-Canada

« C’est dégoûtant », dit le NPD

Le député néo-démocrate, Peter Tabuns, se dit toutefois inquiet de ces compressions, surtout que le gouvernement Ford a déjà aboli le bureau d’un officier indépendant dédié aux enfants et aux jeunes vulnérables, dont les responsabilités relèvent maintenant de l’Ombudsman de la province.

C’est dégoûtant. Nous avons un gouvernement qui a coupé le bureau de l’Intervenant en faveur des enfants et maintenant des coupes pour les sociétés qui aident les enfants

Peter Tabuns, député néo-démocrate

C’est clair que ces [compressions] vont faire mal aux enfants vulnérables et c’est nécessaire de les protéger, ajoute-t-il.

Une obligation légale

Kim Snow, professeure spécialisée en services à l’enfance à l’Université Ryerson, rappelle que la province a une obligation légale d’aider les jeunes vulnérables.

Toute compression qui touche nos plus vulnérables peut nous économiser un peu d’argent à court terme, mais fera grimper les coûts à long terme, dit-elle.

On verra plus d’interventions des services d’urgences, plus d’appels aux sociétés d’aide à l’enfance, plus de visites à l’hôpital, de sérieuses blessures chez les enfants. Rappelons-nous que nos jeunes peuvent mourir sans un système solide qui les soutient, conclut l'experte.

Toronto

Politique provinciale