•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le comité des résidents se porte à la défense de l'administration des Jardins du patrimoine

Un immeuble contenant plusieurs logements.
Les Jardins du Patrimoine de Val-d'Or Photo: Radio-Canada / Thomas Deshaies
Thomas Deshaies

Le comité des résidents des Jardins du Patrimoine à Val-d'Or se porte à la défense de l'administration de la résidence pour aînés. Ils réagissent ainsi à un reportage diffusé par Radio-Canada où certains résidents critiquaient l'administration, sous le couvert de l'anonymat, alléguant que le climat social se détériorerait.

Le comité des résidents a fait parvenir une lettre ouverte à Radio-Canada dans laquelle il fait part de sa satisfaction de vivre à la résidence des Jardins du Patrimoine de Val-d'Or. Presque la totalité d'entre nous reconnaissons que nous vivons dans un milieu privilégié, agréable, humain et jovial, peut-on lire dans la lettre.

La présidente du comité, Lorraine Montreuil, explique que cette lettre a été préparée à la demande d'un administrateur de l'entreprise. C'est un actionnaire qui m'a appelée personnellement puis qui m'a demandé de répondre à cela [le reportage], explique-t-elle, précisant qu'elle a décidé de laisser « retomber la poussière » avant de répondre favorablement à sa demande. Leur intention n'est pas de s'en prendre aux résidents qui ont pris la parole, mais de faire part de leurs perspectives

Toujours selon Mme Montreuil, une douzaine de personnes auraient été consultées pour préparer la lettre, dont des représentants de plusieurs comités et sous-comités de la résidence. La direction de la résidence n'aurait pas participé à la démarche.

Un milieu de vie agréable

Les signataires de la lettre estiment que le milieu de vie est tout à fait agréable. En général ça va bien, tranche Mme Montreuil. Mais il y a une petite clique qui cherche des puces.

Vivre ici est une belle opportunité pour nous de vaincre l'isolement. On vit des belles choses qu'on ne vivrait pas si on était en appartement tout seul.

Cécile Roy, résidente

Cécile Roy, une résidente, abonde dans le même sens. La plupart du temps je dirais que l'atmosphère est agréable, c'est fraternel, mais c'est sûr qu'il y a des accrochages comme n'importe où, parce que quand on est nombreux, on n'est pas tous du même avis, souligne-t-elle.

Une membre du comité ne cautionne pas

Aliette Giroux, membre du comité des résidents, se dissocie de la lettre d'appui à l'administration. Je trouve qu'elle a été faite sournoisement, avec des gens qui étaient tous d'accord. Il n'y a pas eu une rencontre avec tout le monde, déplore-t-elle.

Selon elle, c'est la direction qui est responsable de cette situation. La directrice manque beaucoup de respect vis-à-vis les résidents, c'est sûr que ce n'est pas tous les jours, mais c'est un manque. C'est une bonne personne, je n'ai rien à dire. Elle a ses qualités, mais ce n'est pas une personne qui devrait travailler avec des personnes âgées, indique-t-elle.

Les autres signataires de la lettre ouverte que nous avons rencontrés estiment qu'il n'y a pas de problématique majeure avec la direction, même si certains d'entre eux concèdent que la directrice peut parfois répondre « sec », mais qu'elle s'est grandement améliorée avec le temps.

Abitibi–Témiscamingue

Société