•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Arsenic : Richard Desjardins déçu que les choses n'aient pas changé

Richard Desjardins en point de presse.

Richard Desjardins croit qu'il est important de diminuer les émissions d'arsenic de la fonderie Horne à Rouyn-Noranda.

Photo : Radio-Canada / Jean-Marc Belzile

Jean-Marc Belzile

L'auteur-compositeur-interprète Richard Desjardins croit qu'il est important de diminuer les émissions d'arsenic de la fonderie Horne à Rouyn-Noranda.

Richard Desjardins est déçu de constater que la fonderie peut encore émettre jusqu'à 67 fois plus d'arsenic que la norme permise au Québec en vertu d'une entente avec le ministère de l'Environnement.

Ils sont sur le bord de trouver ça acceptable que ce soit 67 fois la norme, là on entre dans le déni, c'est quand même des enfants, 67 fois la norme c'est fort. Cette compagnie, sa valeur c'est 17 milliards, ils doivent bien avoir un peu d'argent pour régler le problème d'arsenic, lance-t-il.

Lui-même originaire de Noranda, il rappelle que le taux d'arsenic chez des enfants a déjà été mesuré en 1983 dans les quartiers Évain et Noranda.

Des recherches avaient aussi été effectuées à ce moment chez 500 travailleurs de la fonderie.

Il affirme que les résultats avaient démontré que plus ces travailleurs étaient près du réacteur, plus ils étaient exposés à l'arsenic.

Abitibi–Témiscamingue

Industrie minière