•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une opération de dynamitage fait des dégâts à Ascot Corner

Une voiture dont le toit s'est écrasé et dont la vitre arrière est éclatée.
La voiture d’Isabelle Vachon a été atteinte par une roche soulevée par un dynamitage à proximité. Photo: Photo fournie
Radio-Canada

Une opération de dynamitage semble avoir mal tourné à Ascot Corner, alors que des débris ont été projetés à vive allure sur des voitures et des bâtiments commerciaux environnants.

L’incident s’est produit un peu après midi, jeudi, au coin de la route 112 et du chemin Galipeau.

Certains projectiles avaient la taille d’un ballon de football. Une femme en état de choc a été transportée à l’hôpital, mais elle n’aurait pas été atteinte par les roches.

Il va y avoir une enquête avec la CNESST pour tenter d’en savoir plus sur les circonstances de l’événement, explique la porte-parole de la Sûreté du Québec, Aurélie Guindon.

Une grande frousse

Ian Gélineau était à l'intérieur d'un restaurant du secteur lorsqu'il a ressenti une forte vibration. Tout a vibré, en me retournant vers la fenêtre, j'ai vu un nuage de roches s'en venir vers nous. J'ai traversé de l'autre côté du comptoir. Les roches ont percuté le restaurant et ont rebondi sur nos voitures.

Les projectiles ont  été projetés à plusieurs dizaines de mètres du lieu de dynamitage.Les projectiles ont été projetés à plusieurs dizaines de mètres du lieu de dynamitage. Photo : Pierre Gagné

Le pare-choc arrière de son véhicule a été endommagé par les débris. Certaines automobilistes qui patientaient aux feux de circulation ont vu leur fênetre arrière éclatée à la suite de l'impact, raconte le témoin.

On a entendu un sifflet qui annonçait le dynamitage, mais on ne pensait pas que ça se passerait comme ça, ajoute-t-il.

Après l'explosion, les travailleurs du chantier ont immédiatement débuté le nettoyage de la rue. Un des employés serait alors venu en aide à la femme qui semblait être en état de choc.

Une catastrophe évitée de peu

L’entrepreneur responsable du chantier, Excavation Steve Leblanc, a indiqué à Radio-Canada que les travaux de dynamitage étaient la responsabilité d’un sous-traitant.

Ce n’est pas une situation commune. Elle est inacceptable, a indiqué son propriétaire par téléphone. On a vécu une catastrophe. Heureusement, il n’y a eu aucun blessé, car ça aurait vraiment pu être plus grave.

En début de soirée, Steve Leblanc précisait qu’il n’avait pas pu discuter avec son sous-contractant pour comprendre ce qui s’était produit.

La Sûreté du Québec mènera aussi une enquête.

Estrie

Justice et faits divers