•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Virage écologique au Centre intégré de pâtes et papiers à Trois-Rivères

Machine

Intérieur du Centre intégré de pâtes et papiers de l'Université du Québec à Trois-Rivières

Photo : Radio-Canada / Camille Carpentier

Radio-Canada

Le Centre intégré de pâtes et papiers (CIPP) de l'Université du Québec à Trois-Rivières, en partenariat avec le Cégep de Trois-Rivières, pourra concevoir des produits plus écologiques. Le gouvernement canadien lui accorde une subvention de 1,5 million de dollars.

L’argent servira à financer de la recherche en développement de produits biosourcés, c'est-à-dire à base de fibre et de résine de bois ainsi qu’à acheter de nouveaux équipements.

Grâce à l'acquisition de nouvelles machines, le CIPP, qui est issu d'une collaboration entre le Cégep et l'Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR), pourra développer des procédés de fabrications de produits compostables.

Cela permettra de concevoir des produits qui sont généralement fabriqués avec de la résine de plastique, comme des pailles, des verres de cartons, des fourchettes ou encore des matériaux de construction.

Cinq personnes qui tiennent des contenants ou pailles recyclées

Le Centre intégré de pâtes et papiers (CIPP) a reçu 1,5 million de dollars en subvention du gouvernement canadien.

Photo : Radio-Canada

Les équipements vont servir à prendre les matières issues de la forêt, donc de la fibre, ce qu’utilise l’industrie des pâtes et papiers, pour en faire différents produits, qu’on appelle des produits biosourcés, c’est à-dire qui viennent directement de la forêt, mais également des produits recyclés, explique le directeur du bureau de liaison entreprise-Université de l'UQTR, Hugues Doucet.

Il ajoute que cette nouvelle expertise ouvre la porte à d’autres possibilités, de faire des produits autres que du papier de publication, c’est-à-dire aller dans les nouveaux créneaux:des matériaux de construction, des produits à valeur ajoutée dans le secteur de l’aéronautique ou des produits dans le secteur automobile.

Selon Hugues Doucet, plusieurs entreprises de la région, comme Kruger, pourraient bénéficier des résultats de ces recherches pour demeurer compétitives et modernes.

Homme devant des machines

Hugues Doucet, le directeur du bureau de liaison entre les entreprises et l' l'Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR), dans le Centre intégré de pâtes et papiers (CIPP).

Photo : Radio-Canada

Les nouveaux équipements seront installés dans les locaux du centre de recherche sur le campus de l'UQTR. La somme totale du projet est de 2,3 millions de dollars.

Une soixantaine d'étudiants des 2e et 3e cycle de l'UQTR ainsi qu'une trentaine d'étudiants du Cégep de Trois-Rivières travaillent dans le centre de pâtes et papier.

Depuis peu, le Cégep de Trois-Rivières a fermé son programme Écodéveloppement et bioproduits, faute d'inscriptions. Toutefois, des étudiants d'autres disciplines, comme la chimie, continuent de travailler au centre de recherche en pâtes et papiers.

Avec les informations de Camille Carpentier

Mauricie et Centre du Québec

Industrie forestière