•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Boeing 737 MAX : une centaine d'heures d'entretien avant de revoler

Une dizaine d'avions sur un tarmac.
Des Boeing 737 Max 8 de Boeing sont stationnés à l'aéroport de Victorville, en Californie. Photo: Reuters / Mike Blake
Radio-Canada

Réunies au Texas, les autorités mondiales de l'aviation civile s'attendent à ce que chaque appareil 737 MAX nécessite de 100 à 150 heures d'entretien avant de revoler.

Près d'une soixantaine de représentants de 33 pays, où volait le 737 MAX avant son immobilisation au sol partout dans le monde, il y a plus de 70 jours, ont participé à une rencontre organisée par l'agence fédérale de l'aviation américaine (FAA), dont la crédibilité a sérieusement été écornée dans cette affaire.

Le 737 MAX fait l'objet d'une interdiction de vol provisoire au lendemain de deux accidents survenus dans des conditions similaires et ayant fait 346 victimes.

La FAA n'a pas reçu le correctif du système anti-décrochage

Le chef intérimaire de la FAA, Dan Elwell, a fait savoir mercredi que Boeing n'avait toujours pas soumis officiellement la mise à jour du système anti-décrochage MCAS, dont le dysfonctionnement a été mis en cause dans l'accident du 737 MAX 8 d'Ethiopian Airlines le 10 mars dernier et celui de Lion Air du 29 octobre en Indonésie.

L'avionneur avait annoncé la semaine dernière que le correctif était prêt pour la certification. Mais il a dû en retarder la divulgation après que la FAA lui eut posé de nouvelles questions.

Nicholas Robinson, directeur général de l'aviation civile à Transports Canada, a précisé que son instance effectuera « son propre examen des changements à la conception avant d’accepter de nouvelles immatriculations au Canada dans le cadre de son processus de validation ».

Un homme et une femme tenant une affiche illustrant les personnes mortes dans deux écrasements d'avions Boeing parlent avec Dan Elwell.Le chef intérimaire de la FAA, Dan Elwell (à gauche), a été confronté par les parents d'une femme morte dans l'écrasement du Boeing 737 d'Ethiopian Airlines lors d'un témoignage au Congrès, le 15 mai. Photo : Reuters / Joshua Roberts

Des représentants de l'administration américaine de l'aviation civile ont déclaré à des membres de l'Organisation de l'aviation civile internationale (OACI) des Nations unies qu'ils s'attendaient à ce que les 737 MAX de Boeing soient remis en service aux États-Unis dès la fin juin, a appris Reuters de sources informées.

Lors d'une conférence jeudi soir, Dan Elwell a réaffirmé qu'aucun échéancier n'avait été établi par la FAA pour la remise en service des 737 MAX. « Le seul échéancier que nous avons est celui qui nous dira que les 737 MAX peuvent voler de manière sécuritaire », a-t-il précisé.

Le responsable de Transports Canada a lui aussi refusé de donner un échéancier.

En entrevue à l'émission 24/60, Jean Lapointe, spécialiste en aviation civile et ancien commandant de bord a expliqué trouver « rassurant d’entendre Dan Elwell dire que la FAA veut prendre son temps et que si c'est plus long que ce que Boeing désire, tant pis, "car c'est nous le législateur". C'est du jamais vu de leur part de s’associer avec autant de joueurs de l’industrie dans l'espoir de redevenir crédible ».

Un litige canado-américain sur la formation des pilotes

Les États-Unis et un grand nombre de pays, dont le Canada, ne sont pas d'accord sur la formation adéquate à dispenser aux pilotes. Si Washington estime qu'une formation sur ordinateur ou iPad est suffisante pour des pilotes chevronnés, Ottawa veut qu'une formation sur simulateur de vol devienne obligatoire.

Dan Elwell a indiqué que la transparence devait être de mise durant la réunion, en expliquant aux participants les éléments de sécurité sur lesquels ils vont évaluer le 737 MAX modifié.

« Nous allons discuter de la meilleure manière de rendre l'ensemble du processus [de recertification] transparent et de la façon de regagner la confiance du grand public », a-t-il dit.

Avec les informations de Agence France-Presse, et Reuters

Industrie aéronautique

International