•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fini les boissons sucrées à haute teneur en alcool

Canettes de la boisson Beach Day Every Day dans un réfrigérateur de dépanneur.
Certaines canettes de la boisson Beach Day Every Day dépassent la nouvelle norme fédérale de 5,4 % pour des contenants de 473 ml. Photo: Radio-Canada / Ivanoh Demers
Radio-Canada

Il est dorénavant interdit de vendre au Canada des boissons sucrées à haute teneur en alcool, comme celles qui ont joué un rôle dans la mort tragique de la jeune Athena Gervais.

Les modifications apportées en ce sens au Règlement sur les aliments et drogues sont entrées en vigueur jeudi, a confirmé à Radio-Canada le bureau de la ministre fédérale de la Santé, Ginette Petitpas Taylor.

Tel qu'annoncé par Santé Canada en décembre dernier, le Règlement crée une nouvelle catégorie de boissons alcoolisées « purifiées et aromatisées », dont le taux d'alcool est limité de la façon suivante :

  • 7,2 % d’alcool dans des contenants de 355 ml;
  • 5,4 % d’alcool dans des contenants de 473 ml;
  • 4,5 % d’alcool dans des contenants de 568 ml;
  • 3,6 % d’alcool dans des contenants de 710 ml.

Ces limites équivalent à 1,5 consommation standard d'alcool, alors que certains produits vendus jusqu'ici pouvaient contenir l'équivalent de 4 consommations.

Santé Canada a déjà fait valoir que les boissons sucrées à haute teneur en alcool entraînaient un risque de surconsommation accidentelle, puisque le goût de l'alcool y est masqué par la quantité de sucre.

« Au Canada, les boissons alcoolisées purifiées et aromatisées vendues en portions individuelles ont causé de nombreuses hospitalisations et au moins deux décès depuis un an et demi. C'est tout à fait tragique », a commenté la ministre Petitpas Taylor dans un communiqué.

Santé Canada est passé à l'action pour aider à protéger les Canadiens, en particulier les jeunes, contre la surconsommation non intentionnelle d'alcool, car une consommation excessive d'alcool peut causer des méfaits liés à l'alcool, y compris l'intoxication alcoolique aiguë et la mort.

Ginette Petitpas Taylor, ministre fédérale de la Santé

L'administratrice en chef de la santé publique du Canada, la Dre Theresa Tam, dit croire que le nouveau règlement « aidera à réduire les éventuels méfaits liés à l'alcool et à assurer la sécurité des jeunes ».

Athena Gervais, une adolescente disparue qui a été retrouvée morte à Laval.Athena Gervais est morte noyée le 26 février 2018 après avoir bu l'équivalent de 12 verres de vin en moins de 30 minutes, selon l'enquête du coroner. Photo : Photo fournie par la police

Une boisson source de tragédies

Le mouvement visant à empêcher la vente de ces boissons sucrées à haute teneur en alcool a vu le jour à la suite de la mort d'Athena Gervais, une adolescente de 14 ans qui s'est noyée dans un ruisseau derrière son école secondaire à Laval, le 26 février 2018.

L'enquête du coroner a conclu qu'elle est « décédée par noyade avec une composante possible d’hypothermie, dans un contexte de consommation excessive d’une boisson sucrée à haute teneur en alcool ».

Elle avait bu près de trois cannettes de 568 ml d'une boisson nommée FCKD UP, contenant une teneur en alcool de 11,9 %, soit l'équivalent de 12 verres de vin, en moins de 30 minutes.

Une boisson du même type, le Four Loko, a aussi joué un rôle dans la mort de Pierre Parent, un Drummondvillois de 30 ans, le 26 décembre 2017.

Une enquête du coroner publiée l'été dernier a conclu qu'il avait succombé à un mélange de Four Loko, de caféine et d'un médicament contre le rhume.

Le groupe Geloso a cessé de produire le FCKD UP après la mort d'Athena Gervais, tandis que le Four Loko a été retiré des tablettes par son concurrent américain Phusion Projets.

La mort d'Athena Gervais avait déjà poussé Québec à limiter la vente de boissons sucrées alcoolisées contenant plus de 7 % d’alcool aux succursales de la Société des alcools du Québec (SAQ).

Le père de l'adolescente, Alain Gervais, avait fait savoir en décembre qu'il était en faveur de la modification réglementaire annoncée par Santé Canada.

Un homme de 30 ans sur un bateau devant des immeubles à Toronto.Pierre Parent est décédé le 26 décembre 2017 après avoir consommé du Four Loko, de la caféine et des médicaments contre le rhume. Photo : Audrey Provencher

Une approche « irresponsable », dénonce Éduc'Alcool

Éduc'Alcool juge pour sa part que le nouveau règlement est « incompréhensible, décevant et irresponsable », voire « méprisant » pour les organismes comme lui qui cherchent à protéger « les jeunes et les personnes vulnérables » de ces « boissons trompeuses et hypocrites ».

Limiter à 1,5 verre standard les portions individuelles de ces boissons est un « non-sens »; la « logique la plus élémentaire » aurait consisté à les abaisser à l’équivalent d’un verre, indique-t-il dans un communiqué. Il déplore en outre que le nouveau règlement n’offre « aucun encadrement » pour l'emballage et l'étiquetage des boissons visées, considérés comme attirants pour les mineurs.

Aucune de nos recommandations n’a été retenue. Et on ne demandait pas la lune! […] C’est de l’obstination tout ça! Leurs mesures ne se basent sur rien du tout. Pour nous, il s’agit d’une véritable occasion manquée en matière de prévention et de protection des jeunes.

Hubert Sacy, directeur général d'Éduc'Alcool

M. Sacy déplore en outre que le règlement envisagé soit finalement resté inchangé, malgré des arguments « plus que valables » en faveur de modifications qui lui ont été présentés lors d'une consultation tenue du 22 décembre au 5 février.

Santé Canada dit avoir reçu 60 commentaires de la part du public, d'organismes ou d'acteurs du domaine de la santé ou de l'industrie pendant cette période.

Dans son rapport sur la mort d'Athena Gervais, le coroner Martin Laroque avait également recommandé des mesures pour encadrer l'apparence de ces boissons, afin d’éviter toute image banalisant leur consommation excessive, et restreindre à l'équivalent d'une consommation standard la teneur en alcool dans les boissons sucrées.

L’Association pour la santé publique du Québec était également en faveur de cette dernière mesure, souligne son analyste en politiques publiques, Marianne Dessureault.

« On voulait également limiter la teneur en sucre à 5 %, alors qu’on n'en fait pas mention actuellement. On voulait également interdire toute forme de caféine, guarana et taurine dans ces produits, et limiter la promotion sur ces produits, qui sont très attrayants chez les jeunes », précise-t-elle.

Politique fédérale

Politique