•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les AVC mineurs moins diagnostiqués chez les femmes que chez les hommes, selon une étude

La neurologue Shelagh Coutts sourit à la caméra.

L'accident vasculaire cérébral mineur est moins souvent diagnostiqué chez les femmes que les hommes, selon des chercheurs de l'Université de Toronto et de Calgary.

Photo : Riley Brandt

Radio-Canada

Les femmes sont moins susceptibles de recevoir un diagnostic d'accident vasculaire cérébral (AVC) mineur que les hommes lorsqu'elles se présentent à l'urgence, selon de nouvelles recherches menées auprès de patients à Calgary et à Victoria entre 2013 et 2017.

Cette étude a été menée auprès de 1648 femmes et hommes par des chercheurs de l’Université de Toronto et de l’Université de Calgary.

Ces chercheurs ont démontré que les femmes étaient plus susceptibles, dans une proportion de près de 10 %, de recevoir le diagnostic d'une autre maladie, comme une migraine ou des vertiges, même si elles présentent des symptômes semblables à ceux des hommes.

L’étude a révélé que, dans les 90 jours suivant la visite à l’urgence, le risque d’un autre AVC potentiellement mortel était très semblable chez les hommes et les femmes.

« Les résultats attirent l’attention sur les occasions potentiellement manquées de prévenir les AVC et d’autres événements vasculaires indésirables comme les crises cardiaques ou la mort chez les femmes », explique la Dre Shelagh Coutts, neurologue spécialiste en AVC et professeure agrégée à la Cumming School of Medicine de Calgary.

Plusieurs raisons possibles

La Dre Amy Yu, neurologue spécialisée en AVC et professeure agrégée à l’Université de Toronto, note qu’il pourrait y avoir plusieurs explications, bien que l’étude ne s’y soit pas attardée.

« Il y a une possibilité de sous-diagnostics chez les femmes, mais elles ont également différentes maladies coexistantes. Dans notre étude, les femmes étaient plus susceptibles d’avoir des migraines et des facteurs de stress récents, ce qui peut amener les médecins sur une voie différente », soutient-elle.

La spécialiste confirme que les préjugés liés au sexe et au genre peuvent amener les médecins à interpréter les symptômes différemment chez les femmes.

« Il y a beaucoup de raisons possibles, et je pense qu’il devrait y avoir plus de recherches là-dessus », constate-t-elle.

D’autres symptômes moins courants de l’AVC

La Dre Yu croit qu’il est important de sensibiliser les gens aux symptômes moins courants de l’AVC.

Cette étude a révélé des symptômes atypiques, qui ne sont pas aussi souvent associés à un AVC, chez les deux sexes.

Des recherches antérieures ont montré que les femmes étaient plus susceptibles de signaler des symptômes atypiques d’ACV, comme des étourdissements, de la confusion et des maux de tête, ce qui les rendait plus susceptibles de recevoir des diagnostics autres que l'AVC.

Les symptômes typiques d’un accident vasculaire cérébral sont l'affaissement du visage, des problèmes d’élocution et une faiblesse soudaine, particulièrement d’un côté du corps.

Santé publique

Santé