•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les inondations aux États-Unis pourraient bénéficier aux agriculteurs canadiens

Ensemencement de terres agricoles au printemps.

Au début de la semaine, seulement 49 % des plants de maïs dans 18 États avaient été ensemencés, alors qu’habituellement à pareille date 80 % du travail est fait. Selon le département américain de l'Agriculture, moins d'un cinquième du soja a été planté alors que normalement la moitié des champs devraient être ensemencés.

Photo : iStock

Radio-Canada

Les inondations de terres agricoles dans certaines régions des États-Unis ralentissent l'ensemencement du maïs et du soja. Puisque le malheur des uns fait le bonheur des autres, certains agriculteurs canadiens pourraient ainsi obtenir de meilleurs prix pour leurs produits.

Plusieurs États accusent un retard important dans leur calendrier habituel en raison de plusieurs semaines de pluie. Quelques autres jours de précipitations sont également prévus dans certaines régions.

Au début de la semaine, seulement 49 % des plants de maïs dans 18 États avaient été plantés, alors qu’habituellement, à pareille date, 80 % du travail est fait. Selon le département américain de l'Agriculture, moins d'un cinquième du soja a été planté, alors que, normalement, la moitié des champs devraient être ensemencés.

Un analyste affirme que l'effet des inondations et des précipitations se fait déjà sentir sur les marchés.

« Au cours des dernières semaines, les marchés ont subi les conséquences des effets météorologiques importants », affirme l’analyste principal de marchés à FarmLink, à Winnipeg, Jonathon Driedger.

Le maïs et le soja sont essentiels au secteur agricole américain.

Le maïs est très utilisé dans la fabrication de produits vendus dans les épiceries, dans les aliments pour animaux et dans les carburants. Le soja est l’un des produits agricoles les plus exportés des États-Unis.

Bien que les conditions météorologiques puissent s’améliorer dans les prochaines semaines, la météo aux États-Unis inquiète les responsables de transactions sur les marchés.

Le Wall Street Journal a indiqué cette semaine que le prix pour le maïs américain avait rapidement augmenté de 13 %.

Un homme aux cheveux blancs porte un veston gris foncé avec une chemise blanche ainsi qu'une cravate bleue et jaune.

Barry Prentice pense plutôt que les mauvaises conditions météorologiques aux États-Unis pourraient nuire au prix du canola.

Photo : Fournie par Barry Prentice

« Le maïs américain fait partie intégrante des marchés mondiaux. Lorsque les choses vont mal pour lui, ça va mal partout », explique le professeur de gestion de la chaîne d'approvisionnement à l'Université du Manitoba, Barry Prentice.

Le Canada exporte une quantité minime de maïs et de soja comparativement à son voisin du sud.

Les prix augmentent pour toutes les cultures

Jonathon Driedger explique que les agriculteurs des Prairies pourraient tirer un avantage des malheurs qui frappent les Américains. Il ajoute que le niveau d'ensemencement dans l'Ouest canadien est dans les normes pour cette période de l'année.

Lorsque le prix du maïs et du soja augmente, le prix des autres cultures augmente aussi.

Jonathon Driedger, analyste principal de marchés à FarmLink, à Winnipeg

Selon M. Driedger, le prix de l'orge pourrait également augmenter, car il constitue un substitut au maïs pour nourrir le bétail.

« En ce moment, je pense que les responsables de transactions sur les marchés tentent d'évaluer les impacts des conditions météorologiques aux États-Unis », ajoute-t-il.

Il pense que le prix du canola pourrait augmenter légèrement, si le prix du soja augmente.

Un champ de canola

Bien que les conditions météorologiques puissent s’améliorer dans les prochaines semaines, la météo aux États-Unis inquiète les responsables de transactions sur les marchés.

Photo : Conseil canadien du canola

Si le prix du soja augmente, cela pourrait aussi entraîner « une légère augmentation du prix du canola », croit Jonathon Driedger.

Barry Prentice pense plutôt que les mauvaises conditions météorologiques aux États-Unis pourraient nuire au prix du canola.

Selon lui, si les agriculteurs américains abandonnaient la culture du maïs au profit du soja, qui met moins de temps à pousser, le prix des oléagineux pourrait en subir les conséquences.

Manitoba

Agriculture