•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Piscine de Ville-Marie : Les citoyens du Témiscamingue demandent aux élus de s'impliquer davantage

Des dizaines de personnes sont entassées dans la salle du conseil. Les membres du conseil sont assis à leurs places respectives, entourés d'adultes debout et des jeunes sont aussi assis par terre, par manque de chaises.
Plus de 100 personnes se sont déplacées au conseil de la MRC mercredi soir. Photo: Radio-Canada / Tanya Neveu
Tanya Neveu

Des citoyens du Témiscamingue déplorent la lenteur des élus de la MRC à agir dans le dossier de la piscine municipale de Ville-Marie.

Plus de 100 personnes se sont déplacées au conseil de la MRC mercredi soir.

Plusieurs personnes ont pris la parole affirmant que le dossier stagne depuis les derniers mois.

On dirait qui s'est rien passé. On est là à chercher des études, mais dans le concret, il se passe rien. Je pense qu'il est temps que les élus, vous vous entendiez. On en veut une [piscine], on la garde ou on flush, a clamé Yann Doherty, citoyen de Ville-Marie.

Vue sur des corridors de nage dans une piscine intérieure.La fermeture de la piscine municipale de Ville-Marie est prévue en juin 2019. Photo : Radio-Canada / Tanya Neveu

Après plus d'une heure de discussions, les citoyens sont sortis déçus, encore sur leur appétit.

Ils considèrent que le travail n'a pas cheminé depuis leur première présence au conseil de la MRC en novembre dernier. Ils avaient alors réclamé le maintien de la piscine de Ville-Marie en attendant la construction d'une nouvelle infrastructure.

Je trouve que Ville-Marie fait des travaux, des démarches. J'ai besoin de sentir que l'ensemble des élus, vous allez travailler de concert avec lui [le maire de Ville-Marie, Michel Roy]. Comme élus, vous avez un pouvoir d'influence dans vos milieux, a martelé Diane Michaud qui milite pour le maintien de la piscine de Ville-Marie depuis l'annonce de sa fermeture.

Investir dans une infrastructure désuète

La piscine de Ville-Marie fermera le 30 juin. Elle ne sera pas rouverte en septembre. La Ville attend le rapport des ingénieurs pour connaître le coût des travaux à effectuer pour la maintenir ouverte.

La question demeure toutefois à savoir si les municipalités sont prêtes à investir dans la réfection de l'infrastructure.

C'est assez clair que si ça coûte 400 000 ou 500 000 $ pour prolonger la durée de vie d'une piscine de 3 ans, les gens ne mettront pas l'argent là. Ils vont la mettre dans une nouvelle infrastructure, affirme la préfète Claire Bolduc.

Le dossier est entre les mains d'une firme

La firme l'Escabeau, chargée d'étudier les différents scénarios d'une infrastructure aquatique, a également précisé son mandat et son échéancier de travail.

Un rapport devrait être présenté au plus tard le 6 septembre.

Abitibi–Témiscamingue

Infrastructures