•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Xavier Dolan veut plus jouer, moins réaliser

Xavier Dolan est tout sourire en discutant avec les journalistes lors d'une conférence de presse à Cannes.

Le réalisateur québécois Xavier Dolan s'est entouré de ses amis proches dans le film « Matthias et Maxime », qu'il présente cette année au 72e Festival de Cannes.

Photo : Reuters / Regis Duvignau

Radio-Canada

Au lendemain de la présentation de Matthias et Maxime, le réalisateur et comédien, Xavier Dolan, qui vient d'avoir 30 ans, visiblement heureux, a fait le bilan de ses 10 dernières années et a aussi parlé de son avenir.

« Le film est transitoire pour moi, car il me permet de commencer ma trentaine en bouclant un chapitre très important de ma vie, cannoise et cinématographique, en jouant aussi dans le film. [Il me permet aussi] de me propulser dans ma trentaine vers ce que je désire le plus, c’est-à-dire jouer, réaliser moins, peut-être moins rapidement et à un rythme plus sain », a expliqué Xavier Dolan.

Dix ans après avoir retenu l'attention des festivaliers avec la projection de J'ai tué ma mère, le réalisateur québécois Xavier Dolan affirme qu'il vit cette année au Festival de Cannes une expérience différente avec son film Matthias et Maxime.

C’est une nouvelle expérience chaque fois parce que le film qu’on apporte est différent et on se compte chanceux cette fois de pouvoir partager le bonheur, le vertige, le stress et le manque de sommeil qui m’habite depuis maintenant 10 ans.

Xavier Dolan

Le film, qui est en compétition pour l'obtention de la prestigieuse Palme d'Or, a été projeté mercredi et a reçu une longue ovation.

Il était accompagné pour l'occasion des acteurs Pier-Luc Funk, Antoine Pilon, Catherine Brunet, Gabriel D'Almeida Freitas, Samuel Gauthier et Adib Alkhalidey, ainsi que de la productrice Nancy Grant.

Une décennie et huit films plus tard

Questionné sur la fin d'une décennie très remplie lors de laquelle il a tourné huit films, une période qui a fait de lui un cinéaste de renommée internationale, Xavier Dolan s'est tourné un bref instant vers toute cette route parcourue.

Il a relaté que lorsqu'il s'est présenté tout jeune à Cannes en 2009 avec J'ai tué ma mère, il était en proie à de la naïveté face à l'événement, son atmosphère chaotique et ses amalgames de cinéma et de vie de star.

Une scène du film avec Anne Dorval

Anne Dorval dans le film J'ai tué ma mère, de Xavier Dolan

Photo : K-Films

« D’hier à aujourd’hui, quand je pense au moment où on a débarqué sur la Croisette avec Anne Dorval à l’époque de J’ai tué ma mère, on était empreints d’une certaine naïveté. Il y avait quelque chose de vierge dans notre façon de regarder le festival, de vivre le festival, on n’en connaissait rien », a-t-il raconté.

Depuis, Xavier Dolan est devenu un habitué du festival français. En plus d'y avoir présenté d'autres films, il a fait partie du jury en 2015, une expérience dont il se souvient avec bonheur.

Cette année-là, a-t-il dit jeudi, il a pu voir de nombreux films de qualité en peu de temps et il n'a pas eu à vivre des mois de stress et de manque de sommeil pour finalement être jugé le temps d'une projection.

Présenter un film c’est… dans une très très courte période, révéler quelque chose qu’on a mis des mois, des nuits entières à ne pas dormir, à réfléchir, à faire les cent pas, ça demande une grande part d’énergie, un don de soi.

Xavier Dolan, réalisateur


Une autre partie de lui-même

Deux jeunes hommes assis sur un canapé face à une caméra.

Une scène de Matthias et Maxime, de Xavier Dolan

Photo : Shayne Laverdière / Sons of Manual

Avec Matthias et Maxime, Xavier Dolan a voulu explorer une autre partie de lui-même, a-t-il ajouté en conférence de presse.

Le film n'a pas été un amalgame de son oeuvre, mais il tenait à ne pas passer sa vie à présenter « des gens qui s'engueulent dans une cuisine », selon son expression.

« Pour moi, c’est important de naviguer dans certaines zones plus en demi-ton », a-t-il expliqué.

« On voulait faire un film plus pastel, moins criard, moins lourd, moins sombre. […] Ce film-là est plus lumineux, visuellement plus neutre, un peu plus, disons doux. »

Il a dit avoir réalisé Matthias et Maxime pour parler de ses amis et s'est défendu d'avoir fait un long métrage lourd en raison des questions existentielles qui marquent ses personnages.

« C’est un film de transition, j’ai 30 ans. J’arrive à la fin d’une décennie qui a été passée ici au Festival de Cannes avec toutes sortes de sentiments : des victoires, des déceptions, des rejets, des triomphes, des rencontres. Ça a été riche émotivement […] Ça m’a transformé, à chaque nouveau film on fait de nouvelles erreurs, on apprend », a expliqué le réalisateur.

Entouré de ses amis

Les personnes posent pour les photographes sur les marches du Palais des festivals.

Pier-Luc Funk, Antoine Pilon, Nancy Grant, Catherine Brunet, Xavier Dolan, Gabriel D'Almeida Freitas, Samuel Gauthier et Adib Alkhalidey sur le tapis rouge avant la présentation officielle du film Matthias et Maxime à Cannes le 22 mai 2019

Photo : Getty Images / Pascal Le Segretain

Xavier Dolan fait partie de la distribution de son film en compagnie, entre autres, des acteurs Catherine Brunet, Antoine Pilon, Gabriel D'Almeida Freitas, Adib Alkhalidey et Pierre-Luc Funk.

Le film raconte l'histoire de deux amis d'enfance qui s'embrassent pour les besoins d'un court métrage amateur.

Cependant, après ce baiser d'apparence anodine, un doute récurrent s'installe, confrontant les deux garçons à leurs préférences, ce qui bouleversera l'équilibre de leur cercle social et de leurs existences.

Le 72e Festival de Cannes prendra fin samedi, avec le dévoilement du film gagnant de la Palme d'Or.

Avec les informations de La Presse canadienne

Cinéma

Arts