•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Opération canadienne contre les migrants : Freeland défend son gouvernement

Une femme en uniforme de travail serre la main d'un homme devant un groupe de travailleurs

Chrystia Freeland lors d'une visite à Regina pour rencontrer les travailleurs de l'usine Evraz

Photo : Radio-Canada / Marie-Christine Bouillon

Radio-Canada

La ministre fédérale des Affaires étrangères, Chrystia Freeland, a défendu mercredi les actions de son gouvernement, à la suite d'un reportage de Radio-Canada sur certaines des mesures de la Stratégie canadienne de prévention du passage de clandestins.

Le plan, mis en place par le gouvernement de Stephen Harper en 2010 et qui se poursuit sous celui de Justin Trudeau, coûte près de 18 millions de dollars par année. La Stratégie a pour objectif de prévenir l’arrivée de bateaux de migrants au Canada.

C’est aussi important pour nous, un gouvernement progressiste, d’assurer aux Canadiens que le système est juste, qu’on contrôle les frontières, qu’on contrôle le système, a mentionné Mme Freeland, de passage à Regina mercredi.

La ministre a aussi indiqué que les actions du gouvernement devaient contribuer à préserver la confiance des Canadiens. Je pense que les gens, comme moi, pensent [...] que le Canada est un pays qui, en général, a une attitude positive concernant les immigrations, a-t-elle ajouté.

Comme le révélait Radio-Canada mardi, plusieurs voix se sont élevées contre les façons de faire du gouvernement canadien, qui collabore avec des régimes étrangers, notamment avec un colonel inculpé relativement au massacre de plus de 150 personnes en Guinée.

Sur la lutte antiterroriste, contre des menaces réelles – pensons à des gens qui seraient en train de monter des armes nucléaires –, je comprends qu'il y ait des alliances peu ragoûtantes qu'on puisse faire, a entre autres indiqué François Crépeau, rapporteur spécial des Nations unies pour les droits de l'homme des migrants de 2011 à 2017.

Sur la lutte contre des migrants qui cherchent à sauver leur peau et à donner un avenir à leurs enfants, je trouve que c'est un scandale, a-t-il ajouté.

Ottawa-Gatineau

Politique fédérale