•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des écologistes craignent l'expansion du port Roberts Bank

Deux navires sont amarrés au quai de chargement d'un port avec, en arrière-plan, des montagnes. Une grue y transborde de la marchandise, le 15 janvier 2018.
Des navires au port de Roberts Bank, à Delta en Colombie-Britannique Photo: Reuters / Ben Nelms
Mugoli Samba

Des défenseurs de l'environnement craignent qu'un important projet d'expansion d'un port de conteneurs maritimes dans le district de Delta, en Colombie-Britannique, nuise aux populations d'épaulards et de saumon quinnat.

Ils feront part de leurs inquiétudes jeudi devant une commission d'examen du Registre canadien d'évaluation environnementale pour dénoncer les projet du Terminal 2 à Roberts Bank.

Selon le port de Vancouver, l'expansion est nécessaire pour que le Canada puisse respecter ses engagements et ambitions commerciaux. Le site web du projet ajoute qu’il fournirait 1500 emplois.

À ce stade, nous suggérons que le gouvernement ne devrait pas approuver ce projet, puisqu'il n'a pas fait preuve de la diligence requise pour préciser s'il peut être réalisé en toute sécurité, explique Jay Ritchlin, directeur de la région de l'ouest pour la Fondation David Suzuki.

La commission d’examen, mise en place par la ministre fédérale de l'Environnement, mène des audiences publiques depuis le 14 mai dans le but de rédiger un rapport qui évaluera les risques environnementaux liés au projet.

Le rapport final sera présenté à la ministre, qui a le pouvoir d’approuver ou de rejeter le projet.

Risques pour les épaulards

Des intervenants de groupes tels que la Fondation Raincoast Conservation, la Georgia Strait Alliance, le Wilderness Committee et de la Fondation David Suzuki prendront part à l’audience de jeudi.

Un épaulard adulte a la tête relevée, à sa gauche un animal plus jeunesaute, on lui voit le haut du corps et l'aileron, en arrière-plan, la côte au loin avec quelques bâtiments.À partir de juin, les bateaux devront, en tout temps, se tenir au moins à 400 mètres de distance des baleines, selon une nouvelle règle établie par le gouvernement fédéral. Photo : Tasli Shaw/Steveston Seabreeze Adventures

Plus de 200 navires additionnels se rendront à Roberts Bank annuellement si cette expansion va de l’avant, explique Misty MacDuffee, directrice du programme des saumons sauvages à la Fondation Raincoast Conservation.

Ces livraisons additionnelles sont liées à une augmentation de pollution sonore sous-marine et de dérangement pour les épaulards résidents du Sud.

Les baleines se servent de son pour communiquer entre elles et pour chasser leurs proies, explique Jay Ritchlin, directeur de la région de l'ouest pour la Fondation David Suzuki.

Quand il y a trop de bruit sous l’eau, leur habileté à prendre part à leurs activités quotidiennes diminue et le montant de distractions augmente.

Il ne reste que 75 épaulards résidents du sud, selon des données récentes de Pêches et Océans Canada. Le ministère a mis en place de nouvelles règles pour la protection de cette population.

Une carte du port Robert Banks qui se trouve à Delta, au sud de VancouverLe port Roberts Bank se trouve à Delta Photo : Agence canadienne d'évaluation environnementale

Inquiétudes pour le saumon quinnat

Les défenseurs craignent également pour les populations de saumon quinnat qui résident dans le fleuve Fraser.

Selon Mme MacDuffee, l’expansion du Terminal 2 réduirait la superficie de l’aire d’élevage naturelle des saumons quinnats juvéniles. Elle se situe dans l’estuaire de la région -- le point de rencontre entre le fleuve Fraser et le détroit de Georgia -- et s’étend vers le sud.

L’expansion les empêchera peut-être d'atteindre une autre partie de la pépinière lorsqu’ils voudront se déplacer vers le sud, où se situerait le projet d'expansion.

Les audiences publiques de la commission d’examen se tiendront jusqu’au 24 juin.

Le port de Vancouver n’a pu répondre à temps à une demande d’entrevue de Radio-Canada.

Colombie-Britannique et Yukon

Environnement