•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fermeture de zones de pêche avec le retour de baleines noires

Des baleines noires de l'Atlantique Nord dans la baie de Cape Cod le 10 avril 2008.
Des baleines noires de l'Atlantique Nord dans la baie de Cape Cod en avril 2008. Photo: Associated Press / Stephan Savoia
Joane Bérubé

Pêches et Océans Canada annonce la fermeture temporaire de plusieurs zones de pêche dans le sud du golfe Saint-Laurent, en raison de la présence confirmée de baleines noires de l'Atlantique Nord.

Une première zone a été fermée au cours des derniers jours. Vendredi, de nouveaux quadrilatères seront interdits à la pêche.

Zones qui seront fermées le 24 maiZones qui seront fermées le 24 mai Photo : Pêches et Océans Canada

Tous les engins de pêche doivent être enlevés des zones déterminées avant la date et l'heure de la fermeture.

Le président de l’Association des crabiers gaspésiens. Daniel Desbois, indique que ce sont les différentes flottilles des crabiers du golfe, celles des Îles, de l’Acadie ou de la Gaspésie, qui sont touchées. Plusieurs s’affairent à déplacer leur casier. L’effort de pêche va se concentrer aux mêmes endroits, constate M. Desbois.

Daniel Desbois, président de l'Association des crabiers de la GaspésieDaniel Desbois, président de l'Association des crabiers de la Gaspésie Photo : Radio-Canada

Même si les règles de fermeture étaient connues, Daniel Desbois se dit néanmoins surpris de la présence des baleines dans ces zones. On ne s’attendait vraiment pas à ça, dit-il, surtout la deuxième fermeture, les baleines ont été vues à l’extérieure de la zone d’alimentation, il a quand même été pris la décision de fermer, c’est assez surprenant.

Des baleines en mouvement

Les homardiers de la Gaspésie, qui effectuent une pêche côtière, ne sont pas touchés par ces nouvelles limitations en raison de la nouvelle règle de 20 brasses de profondeur dans le plan de pêche de cette année. Les secteurs côtiers de 20 brasses et moins ne seront fermés que lorsqu’une baleine noire y sera observée, ce qui n’est pas le cas, cette fois-ci.

Le directeur général des Pêcheurs professionnels du sud de la Gaspésie, O’Neil Cloutier, relève par contre que sans cette règle, la fermeture des zones ciblées par Pêches et Océans Canada aurait été l’équivalent d’un désastre pour les homardiers du secteur de Percé.

Ces observations sont corroborées par O’Neil Cloutier qui remarque qu’il deviendra difficile de prévoir les déplacements des baleines si elles cherchent une autre aire d’alimentation.

Le directeur général du Regroupement des pêcheurs professionnels du sud de la Gaspésie, O'Neil Cloutier.Le directeur général du Regroupement des pêcheurs professionnels du sud de la Gaspésie, O'Neil Cloutier. (archives) Photo : Radio-Canada / William Bastille-Denis

Daniel Desbois observe que la trajectoire des baleines observées laisse croire qu’elles sont en déplacement et non en période d’alimentation. Il s’interroge sur l’utilité des fermetures. Dans le corridor où elles allaient, elles ne seront pas là longtemps , relève le pêcheur.

L’arrivée des baleines noires annonce une autre saison en dents de scie pour l’industrie. En raison des saisons écourtées, les usines doivent mettre les bouchées doubles et les pêcheurs travailler jour et nuit pour pêcher rapidement leur quota et éviter les fermetures de zones.

Nouvelles règles

Les fermetures des zones dites « dynamiques » sont en vigueur pour une période minimale de 15 jours, à compter de la date de l’observation d’une baleine noire, et demeure fermées si de nouvelles baleines noires sont observées.

Cette année, les limites de la zone de fermeture statique ont été réajustées et correspondent à l’endroit où 90 % des baleines noires ont été observées en mai et juin 2018.

Cette zone est 63 % pour cent plus petite que celle qui avait été délimitée en 2018. Cette zone est fermée depuis le 28 avril. La pêche au crabe a été lancée seulement le 2 mai cette année dans la zone 12 en raison de la présence de glaces dans les ports du Nouveau-Brunswick.

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Protection des espèces