•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pas d'accusation concernant l'incendie mortel sur l’autoroute 40

Camion-citerne en feu sur l'autoroute métropolitaine (A-40) à Montréal, après un carambolage, le 9 août 2016.

Le camion-citerne a pris feu après un carambolage sur l'autoroute 40, à la hauteur de la rue Lajeunesse, à Montréal.

Photo : Radio-Canada / Simon-Marc Charon

Radio-Canada

Il n'y aura finalement aucune accusation portée dans le dossier de l'incendie mortel survenu sur l'autoroute 40 en août 2016. C'est ce qu'a confirmé à Radio-Canada le porte-parole du Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP), Jean Pascal Boucher.

Me Boucher a expliqué que cette décision avait été prise à la suite de « l’examen complet du dossier d’enquête transmis par la Sûreté du Québec ».

Il a précisé que la procureure qui a analysé le dossier a rencontré en mars dernier les proches de la personne décédée pour les informer qu'elle « n'était pas en mesure de démontrer un acte criminel en l'espèce ».

L’accident mortel

Le 9 août 2016, Gilbert Prince a trouvé la mort et six autres personnes ont été blessées dans cet incendie survenu à la suite d’un carambolage de plusieurs véhicules sur l'A-40.

Dans un rapport publié en juin 2017, la Commission des normes, de l'éthique, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) a estimé que le mauvais entretien du camion-citerne de Bombardier avait provoqué le déclenchement des freins de stationnement « de façon intempestive ».

Avec des informations de Karine Bastien

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.

Accident de la route

Justice et faits divers