•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pas d'accusation concernant l'incendie mortel sur l’autoroute 40

Camion-citerne en feu sur l'autoroute métropolitaine (A-40) à Montréal, après un carambolage, le 9 août 2016.

Le camion-citerne a pris feu après un carambolage sur l'autoroute 40, à la hauteur de la rue Lajeunesse, à Montréal.

Photo : Radio-Canada / Simon-Marc Charon

Radio-Canada

Il n'y aura finalement aucune accusation portée dans le dossier de l'incendie mortel survenu sur l'autoroute 40 en août 2016. C'est ce qu'a confirmé à Radio-Canada le porte-parole du Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP), Jean Pascal Boucher.

Me Boucher a expliqué que cette décision avait été prise à la suite de « l’examen complet du dossier d’enquête transmis par la Sûreté du Québec ».

Il a précisé que la procureure qui a analysé le dossier a rencontré en mars dernier les proches de la personne décédée pour les informer qu'elle « n'était pas en mesure de démontrer un acte criminel en l'espèce ».

L’accident mortel

Le 9 août 2016, Gilbert Prince a trouvé la mort et six autres personnes ont été blessées dans cet incendie survenu à la suite d’un carambolage de plusieurs véhicules sur l'A-40.

Dans un rapport publié en juin 2017, la Commission des normes, de l'éthique, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) a estimé que le mauvais entretien du camion-citerne de Bombardier avait provoqué le déclenchement des freins de stationnement « de façon intempestive ».

Avec des informations de Karine Bastien

Accident de la route

Justice et faits divers