•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Gabor Csepregi fait l’éloge des moments forts de la vie

Un homme en costume devant une sculpture moderne.
Gabor Csepregi, le recteur de l’Université de Saint-Boniface. Photo: Radio-Canada / Gavin Boutroy
Gavin Boutroy

Le philosophe et recteur de l'Université de Saint-Boniface, Gabor Csepregi, présente son nouveau livre, mercredi soir, à la librairie McNally Robinson, à Winnipeg. L'ouvrage explore la question du temps dans la vie de chacun et la place qu'y occupent certains événements décisifs.

C’est en plein dans un tournant de sa propre vie que le recteur, en fin de mandat, publie son livre à caractère philosophique In Vivo, A Phenomenology of Life-Defining Moments. Il affirme avoir voulu créer une œuvre accessible à tous les genres de lecteurs.

« [Le temps] c’est la succession des instants, des minutes, des jours, des mois, des années, et ces instants [...] se succèdent la plupart du temps de manière monotone, régulière », dit M. Csepregi.

« Mais il y a des moments qui s’affirment avec une qualité intense, avec une particularité, avec une spécificité qui donnent une saveur à la vie. Alors je me suis intéressé à ces moments-là », poursuit-il.

Ces moments charnières permettent de dire : "Ah oui! pour ces instants-là, la vie valait la peine d’être vécue."

Gabor Csepregi, recteur de l’Université de Saint-Boniface et philosophe

Ces moments forts peuvent être un premier amour, un examen de doctorat, un mariage, un déménagement ou encore un changement de carrière. « Je voulais faire comprendre au lecteur que ces moments-là nous apportent quelque chose », dit le philosophe.

Des moments forts pour revenir vers soi-même

Il relève une tension entre deux aspects de la vie : nos aspirations les plus personnelles et le rôle que nous jouons au sein d’une société. Le fait de jouer un certain rôle dans la société nous éloigne de notre unicité.

Il s’offre lui-même en exemple. Il y a le Gabor Csepregi, un homme discret, voire réservé, qui a ses centres d'intérêt et ses aspirations, d'un côté, ensuite il y a le Gabor Csepregi recteur de l’Université de Saint-Boniface. Parfois, explique-t-il, ces deux facettes de sa personne sont en opposition.

Il estime que les moments forts « nous font revenir vers nous-mêmes ».

« Je voudrais [que les lecteurs] prennent conscience de ces instants tout à fait particuliers, qu’ils soient eux-mêmes, qu’ils cessent de remplir seulement un rôle. Et aussi qu’ils puissent dire : "Voilà, pour telle et telle raison, la vie mérite d’être vécue." », explique Gabor Csepregi.

Il précise que son livre, offert en anglais et publié chez McGill-Queen's University Press, devrait être traduit en français d'ici l'année prochaine. Le dévoilement débute à 19 h, mercredi soir.

Avec les informations de l'émission Le 6 à 9

Manitoba

Livres