•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Réguler le microbiote pourrait soulager l'anxiété

Illustration numérique des bactéries différentes peuplant le microbiome humain.
Réguler la flore intestinale avec des probiotiques ou en adoptant une alimentation différente pourrait soulager les symptômes anxieux de certaines personnes. Photo: iStock
La Presse canadienne

Réguler la flore intestinale avec des probiotiques ou en adoptant une alimentation différente pourrait soulager les symptômes anxieux de certaines personnes, selon une vaste analyse menée par des chercheurs chinois.

Des études précédentes ont démontré que le tiers de la population pourra souffrir d'anxiété à un moment ou l'autre.

Les chercheurs de l'Université Jiao Tong de Shanghaï ont épluché 21 études qui se sont intéressées au lien entre le microbiote et l'anxiété. Certaines ont utilisé des probiotiques et d'autres, une modification de l'alimentation.

Au total, 11 des 21 études ont établi qu'une régulation du microbiote intestinal avait eu un impact positif sur les symptômes anxieux.

« Ça ne me surprend pas du tout, a commenté par courriel le Dr Vincenzo Di Marzo, qui enseigne à la Faculté de médecine de l'Université Laval. Il est bien connu que les microorganismes qui vivent dans l'intestin des mammifères peuvent produire des substances chimiques capables d'influencer le fonctionnement du système nerveux. »

Un tiers, soit 36 %, des études ayant eu recours à au moins un probiotique ont témoigné d'un effet positif sur l'anxiété. Six des sept autres, soit celles qui avaient recours à une modification de l'alimentation, ont eu le même effet, soit un taux d'efficacité de 86 %.

Les chercheurs ont également constaté que seules les interventions qui jumelaient la médication habituelle contre l'anxiété à une modification de l'alimentation avaient un effet; un jumelage entre la médication et les probiotiques semblait inefficace.

« L'article semble laisser entendre que les traitements non probiotiques du microbiote intestinal, comme certains prébiotiques (c.-à-d. certaines substances capables de favoriser la croissance dans l'intestin de certaines bactéries, considérées comme bénéfiques, plutôt que d'autres) sont plus prometteurs que les probiotiques dans le traitement de l'anxiété », a dit le Dr Di Marzo.

Les chercheurs chinois expliquent qu'une modification de l'alimentation a possiblement un impact plus marqué sur le microbiote intestinal que l'introduction de certaines souches de probiotiques. Ils n'excluent pas non plus que ces souches de probiotiques soient entrées en concurrence les unes avec les autres dans l'intestin, ce qui limite leur efficacité.

Ces données doivent être interprétées avec prudence, parce qu'elles ne démontrent pas toujours une relation de cause à effet entre la manipulation thérapeutique de la composition du microbiote intestinal et l'effet bénéfique sur l'anxiété ou la dépression.

Dr Vincenzo DiMarzo, professeur à la Faculté de médecine de l'Université Laval

Cela dit, ajoute-t-il, « dans notre laboratoire, nous avons montré que la manipulation du microbiote intestinal à l'aide d'antibiotiques peut induire chez la souris un syndrome semblable à celui de la dépression et réduire simultanément les concentrations dans l'intestin de certaines molécules ayant une action anxiolytique et antidépressive, et que les probiotiques peuvent réduire simultanément les signes de dépression et rétablir les niveaux intestinaux de ces molécules antidépressives endogènes ».

Les conclusions de cette étude sont publiées dans le journal médical General Psychiatry.

Psychologie

Science