•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Compressions aux municipalités ontariennes : 150 M$ de moins à Ottawa

Cinq personnes assises à une table qui regardent des feuilles ou des ordinateurs
Le maire d'Ottawa, Jim Watson (au centre), pendant une session du conseil municipal. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Le maire d'Ottawa en a assez des surprises du gouvernement de Doug Ford. Jim Watson enjoint à la province de préciser l'étendue des compressions dans le monde municipal, en vue de mettre fin au « chaos budgétaire ».

Le gouvernement de l’Ontario a demandé aux villes de réduire leurs dépenses de 4 %, pour faire des gains d’efficacité. M. Watson rétorque que ces annonces représentent des restrictions budgétaires et rien d’autre.

C’est très vague. Il faut être très clair dans le vocabulaire utilisé, a mentionné le maire, mercredi, en marge d'une rencontre du conseil municipal. Selon lui, les compressions annoncées représentent des pertes de 150 millions de dollars de moins pour le budget de la Ville d’Ottawa, qui a été adopté en mars.

La bonne façon de faire, ce n’est pas de nous aveugler avec ces compressions à des services de base, comme les services de santé publique ou les ambulanciers paramédicaux.

Jim Watson, maire d'Ottawa

Au total, les compressions imposées aux villes par Queen's Park pourraient s'élever à plus d'un demi-milliard de dollars. Notamment, la province ne financera plus que 60 à 75 % du budget de la plupart des bureaux de santé publique, contrairement à 100 % auparavant.

Le gouvernement ontarien réduira également de 7,7 millions la contribution versée aux municipalités pour les services ambulanciers et les services d’urgence cette année.

La province a jeté un pavé dans la mare en faisant des coupes en plein milieu de l’année fiscale. Je l’ai mentionné plusieurs fois au premier ministre, à son personnel, à des députés et des ministres : ils ne peuvent pas toujours nous surprendre avec des compressions dans le milieu de l’année, a précisé M. Watson pendant une mêlée de presse.

Pour pallier ces réductions budgétaires, la Ville d'Ottawa devra puiser dans son fonds d’urgence, ainsi que considérer des réductions de services et des mises à pied.

M. Watson a dit ne pas avoir l’intention d’augmenter les impôts fonciers, après avoir pris l’engagement de ne pas les hausser de plus de 3 % durant son présent mandat.

Ce n’est pas possible pour nous de prendre l’argent des contribuables locaux pour des services qui devraient être fournis par la province de l’Ontario, a martelé le premier magistrat.

Un homme pendant une entrevueJim Watson, maire d'Ottawa Photo : Radio-Canada

Pas de vérifications comptables en vue

Face aux critiques des élus municipaux ontariens, le premier ministre Ford a offert 7,35 millions de dollars pour qu'ils puissent commander des vérifications comptables de leurs dépenses afin de réaliser des économies.

C’est un peu étrange d’offrir un vérificateur après que la province ait décidé de couper les budgets de toutes les municipalités, a commenté M. Watson, soulignant que la loi oblige la Ville à rendre publics ses livres comptables et qu’elle n’a pas le droit d’avoir un déficit.

Avec les informations de Stéphane Leclerc

Ottawa-Gatineau

Politique municipale