•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Université de l'Ontario français : toujours pas de nouvelles de la province, déplore Ottawa

Une femme blonde jeune.
La ministre Joly s'adresse aux médias après une annonce à Toronto, le mercredi 22 mai 2019. Photo: Radio-Canada
Natasha MacDonald-Dupuis

La ministre des Langues officielles et de la Francophonie, Mélanie Joly, a indiqué mercredi qu'elle attend toujours une réponse de la ministre des Affaires francophones de l'Ontario, Caroline Mulroney, au sujet du dossier de l'Université de l'Ontario français (UOF).

Mélanie Joly dit avoir indiqué « à plusieurs reprises » à Mme Mulroney que l'offre du gouvernement fédéral de financer les opérations de l'université jusqu'à concurrence de 50 % tenait toujours.

Malheureusement, je n'ai toujours pas de nouvelles de la part de Mme Mulroney, indique la ministre Joly. J'espère la voir lors de notre rencontre fédérale-provinciale-territoriale qui aura lieu au Nunavut au mois de juin. J'espère l'interpeller à ce niveau-là.

La même impasse

Dans un courriel, le porte-parole de Caroline Mulroney, Jesse Robichaud, a rétorqué que son bureau continuera de mettre le gouvernement Trudeau au défi de combler l'écart important entre le financement que l'Ontario reçoit pour les services en français et celui accordé aux autres provinces.

M. Robichaud ajoute que c’est une demande que la ministre Mulroney tentera d’aborder avec la ministre Joly encore une fois cet été.

Cet argument a été formulé plusieurs fois par le ministère ontarien des Affaires francophones.

Celui-ci affirme qu’Ottawa doit d'abord combler l’écart entre le montant versé à l’Ontario pour les services en français (soit 2,78 $ par francophone) et celui accordé aux autres provinces (7,31 $ au Nouveau-Brunswick et 35,71 $ au Manitoba, par exemple).

Mélanie Joly a précédemment qualifié cet argument de faux-débat, spécifiant que l'argent est au rendez-vous pour l'UOF et qu'il incombe à la province de la mettre en place.

En janvier, le gouvernement fédéral a accordé un financement de 1,9 million de dollars à l'équipe de mise en œuvre de l'Université de l'Ontario français pour qu'elle puisse poursuivre temporairement ses activités.

Francophonie

Politique