•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Qui a fauché la guitare-pelle du Théâtre dans le cimetière?

Un homme en salopettes rayés tenant une guitare-pelle.

La guitare-pelle vue de derrière.

Photo : Dan Harper

Gavin Boutroy

Un accessoire clé de la pièce de théâtre Sur les traces de Riel a été volé dans le cimetière de la cathédrale de Saint-Boniface à Winnipeg, sous les yeux stupéfaits des comédiens. Il s'agit d'une guitare-pelle.

Une guitare-pelle, explique la directrice du Musée de Saint-Boniface, Vania Gagnon, c’est une guitare fonctionnelle à la tête de laquelle a été fixée une pelle.

« C’est une guitare qui avait été fabriquée dans les premières années du théâtre », dit-elle. « C’est un objet spécial pour nous au Musée et qui est vraiment essentiel pour la livraison de la pièce Sur les traces de Riel. »

« On est stupéfaits, confondus, attristés. C’est arrivé très rapidement et, là, on est un petit peu mal pris parce qu’on a des pièces qui commencent vendredi, mais on n’a pas de guitare-pelle! », ajoute Mme Gagnon.

Déroulement du drame

Sean Foster, guide, interprète et comédien au Musée de Saint-Boniface, joue le fossoyeur mélomane qui manie la guitare-pelle. Il était aux premières loges du vol mardi, en fin d'après-midi.

« Moi et mes collègues on était en train de répéter, il y avait une scène où on devait laisser la guitare de côté, près du monument Louis-Riel », raconte-t-il.

Trois jeunes gens souriants avec une guitare-pelle, devant une cathédrale.

Les comédiens de la pièce de théâtre « Sur les traces de Riel » avec la guitare-pelle.

Photo : Dan Harper

« Puis, il y a une des collègues qui a dit : "Il y a quelque chose qui se passe!" Il y avait un monsieur à vélo qui avait pris la guitare et qui s’en allait. On ne savait pas quoi faire. Donc, moi j’ai couru après », poursuit M. Foster.

Il n'a pas pensé à sa propre sécurité lorsqu’il est parti à la poursuite du voleur, il cherchait simplement à récupérer l'irremplaçable guitare-pelle.

Une autre comédienne a dû indiquer aux badauds qui assistaient à la répétition qu’il ne s’agissait pas d’une scène de la pièce.

Aucune valeur financière

Vania Gagnon souligne que le crime est d’autant plus surprenant que la guitare-pelle n’a aucune valeur pécuniaire. « Si tu essaies d’enlever la pelle, toute la guitare va s’effondrer, elle a vraiment été confectionnée pour cette pièce », dit-elle.

Elle espère que le public pourra l’aider à retrouver l’objet volé. Sinon, elle estime qu’elle devra faire confectionner une nouvelle guitare-pelle. La première avait été fabriquée par Gaétan Larochelle, une personnalité bien connue dans le monde du théâtre francophone à Winnipeg.

Manitoba

Crimes et délits