•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un groupe d'enfants s’attaque à une femme dans un parc de Saskatoon

Bonnie Amelia Halcrow assise sur son divan.

Bonnie Amelia Halcrow réside à Flin Flon, au Manitoba.

Photo : Radio-Canada

Gabrielle Proulx

Bonnie Amelia Halcrow, une mère de famille de Saskatoon, confirme que des jeunes, âgés de 8 à 14 ans, l'ont battue à coups de pied dans le parc Pleasant Hill lundi soir. L'incident s'est produit quand elle a commencé à filmer les enfants qui étaient en train de lancer des roches à un passant.

Bonnie Amelia Halcrow réside à Flin Flon, au Manitoba. Elle est venue séjourner quelques semaines à Saskatoon pour rendre visite à ses deux enfants.

Lundi vers 19 heures, la femme de 33 ans s'est rendue avec sa fille au parc Pleasant Hill pour y rencontrer une amie. Sur place, elle constate qu’environ une quinzaine d’enfants étaient en train de lancer des roches et des branches à un homme qui passait par là.

Elle a donc décidé de filmer la scène avec son cellulaire pour signaler l’incident à la police.

Lorsque les jeunes s’en sont rendu compte, l'un d'entre eux s’est emparé de son cellulaire, qu’elle a récupéré par la suite.

Elle s'est ensuite retrouvée entourée d’enfants turbulents, clouée au sol, à genoux.

Environ cinq ou six jeunes l’ont bourrée de plusieurs coups dans le dos, sur les bras et les jambes, raconte la mère de famille.

Je n’ai pas senti les coups de poing ou les coups de pied, parce que j’étais sous l’effet de l’adrénaline.

Bonnie Amelia Halcrow, victime de l'agression

La scène, qui n’a duré que quelques minutes, lui a paru beaucoup plus longue, ajoute-t-elle.

Je ne pouvais pas me battre contre des enfants. Je ne suis pas comme cela. J’ai seulement fait du mieux que j’ai pu, dit-elle.

Deux jours plus tard, son dos est encore endolori et elle a parfois de la difficulté à bouger le cou, dit-elle.

Sa fille de 10 ans, qui a été témoin de l'agression, est encore sous le choc.

Ma fille est encore bouleversée [...] Elle me dit : "Je ne peux pas te regarder, maman, parce que ça me fait mal."

Bonnie Amelia Halcrow, victime de l'agression

Selon Bonnie Halcrow, sa fille connaît quelques-uns des jeunes mêlés à l’histoire. Ces derniers iraient dans la même école qu'elle à Saskatoon.

Le parc Pleasant Hill à Saskatoon.

Le parc Pleasant Hill à Saskatoon.

Photo : Radio-Canada

Des jeunes laissés à eux-mêmes?

L’incident survenu lundi soir au parc Pleasant Hill a été signalé à la police, et une enquête est en cours, affirme le Service de police de Saskatoon.

La police dit être en train d'examiner un petit nombre d'incidents du même genre impliquant un groupe de jeunes habitant le coin.

Caroline Rogers demeure en face du parc Pleasant Hill depuis une vingtaine d’années. Elle a été directement témoin de l'incident.

Caroline Rogers au micro de Radio-Canada devant sa maison.

Caroline Rogers vit avec son mari, Louis Rogers, à Saskatoon depuis plus d'une vingtaine d'années.

Photo : Radio-Canada

Quelqu’un doit prendre soin de ces enfants. Ils ne se comportent pas de la sorte par choix.

Caroline Rogers

Elle considère que les parents du quartier ont généralement de la difficulté à élever correctement leurs enfants parce qu’ils doivent travailler durant de longues journées ou ont des problèmes de dépendances.

Quant à Bonnie Halcrow, elle s’explique mal pourquoi ces jeunes l’ont blessée lundi soir.

Elle dit qu'elle leur pardonne, mais ne retournera jamais au parc Pleasant Hill.

Saskatchewan

Agression