•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Amendes plus sévères souhaitées pour les dépotoirs illégaux

Gros déchets dans la nature.

Des citoyens se sont débarrassés de déchets encombrants plutôt que de les avoir déposés à l'écocentre.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

La présence de dépotoirs illégaux décourage des responsables à la Ville de Matane. Au printemps, le nettoyage de certains sites est devenu monnaie courante. Le conseiller municipal Steve Girard veut sensibiliser la population et souhaite que la Ville se donne des moyens de sévir plus musclés.

Amendes plus sévères souhaitées pour les dépotoirs illégaux

Quand un dépotoir illégal est découvert à Matane, la Ville dépêche des employés pour nettoyer, ce qui finit par coûter cher aux contribuables, rappelle Steve Girard. Ce travail de nettoyage se répète chaque année.

Un employé qui ramasse des déchets. En arrière-plan : un camion et une pelle mécanique

Le nettoyage de dépotoirs clandestins mobilise du temps, des employés et des équipements, ce qui finit par coûter cher aux contribuables.

Photo : Radio-Canada

Des employés de la Ville trouvent des déchets de toutes sortes jetés pêle-mêle, même des électroménagers et de vieilles carcasses de voitures. Bien à l’abri des regards indiscrets, dans le secteur de Petit-Matane, la petite route Samuel-Harrisson est particulièrement fréquentée par les contrevenants.

Le conseiller municipal Steve Girard s'inquiète pour ce site qu’il décrit comme un écosystème extrêmement fragile. On a une rivière en contrebas […] ça ne prend pas grand-chose pour vraiment détériorer un écosystème aussi fragile, se désole-t-il.

Le conseiller municipal Steve Girard et des employés municipaux.

Le conseiller municipal Steve Girard et des employés municipaux

Photo : Radio-Canada

Un problème dans bien des municipalités

Steve Girard souligne que sa ville n'est pas la seule de l'Est-du-Québec à vivre ce problème récurrent. Il veut que ça cesse.

Il y a une grande sensibilisation qui devrait être faite, souhaite-t-il. Je vais [demander que ce problème soit discuté] à l'Union des municipalités du Québec prochainement en juin, pour essayer de trouver des mécanismes [qui feraient en sorte] qu'il y ait de la sensibilisation peut-être plus frappante.

La plaque d'une carcasse de voiture abandonnée il y a plus de 45 ans.

Le problème des dépotoirs clandestins ne date pas d'hier. Ici : la plaque d'une carcasse de voiture abandonnée il y a plus de 45 ans.

Photo : Radio-Canada

Pierre Roy, qui possède un chalet dans le secteur, souhaite qu’il y ait davantage de sensibilisation et des amendes plus importantes.

Avec de bonnes amendes, peut-être qu'ils finiraient par comprendre. Parce que ça n'a pas de bon sens.

Pierre Roy, propriétaire d’un chalet
Un vieux réfrigérateur abandonné près de la route Samuel-Harrisson

Un vieux réfrigérateur abandonné près de la route Samuel-Harrisson

Photo : Radio-Canada

Pour Denis Sergerie, aussi propriétaire d'un chalet, la présence de pancartes où on peut lire le montant des amendes encourues ne suffit pas. Penses-tu que ça les dérange? Moi, j'en ai mis une pancarte, ben ils l’ont arrachée!, s'indigne-t-il.

Si un agent attrape un fautif en flagrant délit à Matane, les amendes varient entre 100 $ et 300 $.

Avec les informations de Jean-François Deschênes

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Matières résiduelles