•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Transport adapté en Beauce : les usagers n'auront plus accès aux hôpitaux

Manon Quirion dans sa résidence de Sainte-Marie.

Manon Quirion doit se rendre trois fois par semaine à l'Hôtel-Dieu de Lévis pour soigner ses douleurs aux genoux.

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Lavoie

Marc-Antoine Lavoie

En Beauce, les personnes vulnérables qui requièrent des soins de santé à Québec ou Lévis ne pourront plus compter sur le transport adapté ou collectif. Faute de financement, ces services seront abolis le 26 juin.

Ces transports sont utilisés par des résidents dont la mobilité est contrainte physiquement ou psychologiquement. Certains usagers doivent recevoir régulièrement des traitements comme de l’hémodialyse ou de la chimiothérapie, notamment.

« Ça ne fait pas ses frais, on est obligé de mettre fin à ça », affirme le maire de Frampton, Jacques Soucy, aussi président de Transport collectif de Beauce.

Sous prétexte de vouloir améliorer son efficacité, le service qui est jusqu’à maintenant offert par l’organisme sans but lucratif Transport collectif de Beauce sera désormais sous la responsabilité des MRC de Robert-Cliche et de la Nouvelle-Beauce. La réduction de service coïncide avec ce changement de garde.

Les services de transport adapté et collectif resteront disponibles, mais seulement sur le territoire des municipalités, qui ne comprend pas d'hôpital.

Le maire de Frampton Jacques Soucy.

Le maire de Frampton Jacques Soucy demande au ministère de la Santé de contribuer au financement du transport adapté.

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Lavoie

« Pas notre responsabilité »

Jacques Soucy soutient qu’en aucun cas les municipalités ne sont obligées d’offrir des services de transports à l’extérieur de leur territoire.

Le transport adapté et collectif est financé par le ministère des Transports (MTQ), les municipalités et les usagers. M. Soucy croit que le ministère de la Santé devrait aussi contribuer.

« On demande qu’il nous finance parce que justement on a aucun centre hospitalier sur notre territoire », déplore celui qui est également maire de Frampton.

Sinon, qu’il engage une ressource sur notre territoire. On n'aura plus à sortir. On va pouvoir continuer d'offrir le service à nos usagers locaux.

Jacques Soucy, président de Transport Collectif de Beauce

« Arrangez-vous avec vos problèmes »

Manon Quirion fait partie des usagers qui ont reçu une lettre le 7 mai dernier leur annonçant la fin du service.

Déclarée invalide à la suite d'un accident de travail, la résidente de Sainte-Marie doit se rendre trois fois par semaine à l'Hôtel-Dieu de Lévis pour traiter des douleurs aux genoux et recevoir des soins psychologiques.

« Tout d'un coup, c'est arrangez-vous avec vos problèmes. On n’est plus rien, déplore-t-elle. Déjà qu'on est plus là au niveau de nos capacités, ça m'amène un autre poids sur les épaules qui me fait vivre énormément d'anxiété. »

Manon Quirion tient une lettre dans ses mains.

Manon Quirion a reçu une lettre lui indiquant que les services de transport adapté et collectif vers les centres hospitaliers seront abolis le 26 juin.

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Lavoie

Jacques Soucy assure qu’il ne « laissera pas tomber les gens ». L’élu tente par tous les moyens de rediriger les usagers vers des organismes communautaires qui peuvent offrir un service d’accompagnement vers des rendez-vous médicaux.

Manque de ressources

L’organisme Lien-Partage de Sainte-Marie, qui effectue près de 2000 accompagnements annuellement vers des soins de santé, sera appelé à contribution.

« Certainement que nos demandes vont augmenter, soulève la directrice générale Kathy Légaré. Toutefois, notre capacité à y répondre, ça va être le plus grand défi. »

La directrice générale de l'organisme Lien-Partage discute avec une employée chargée de jumeler des usagers à un transport.

La directrice générale de l'organisme Lien-Partage discute avec une employée chargée de jumeler des usagers à un transport.

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Lavoie

Au-delà de la capacité financière de l’organisme communautaire, le service d’accompagnement repose sur le bon vouloir des bénévoles.

« Si la perte d'autonomie des personnes est trop grande et que le risque pour nous est trop élevé, que ce soit pour l'usager ou le bénévole, à ce moment, on ne sera pas en mesure de pouvoir faire l'accompagnement », annonce Mme Legaré.

Le montant exigé aux usagers est également plus important que celui présentement demandé par le transport adapté ou collectif.

Ministre des Transports interpellé

L’Alliance des regroupements des usagers du transport adapté du Québec (ARUTAQ) déplore cette réduction de service qui touche « des citoyens vulnérables ».

La directrice générale Rosanne Couture croit que « la MRC devrait s’adresser au ministre des Transports directement pour le sensibiliser à cette situation » et exiger plus de financement avant de jeter l’éponge.

L’ARUTAQ estime qu’il est de la responsabilité du ministère des Transports de s’assurer que l’ensemble des Québécois puissent obtenir la mobilité nécessaire pour obtenir des soins de santé.

Les services qui sont requis ne sont pas donnés à l’intérieur des territoires. On ne parle pas de banalité de service. On parle de services de santé.

Rosanne Couture, directrice générale de l'ARUTAQ

Manon Quirion espère que le gouvernement augmentera son soutien financier à la région avant l’échéance du 26 juin.

Québec

Transports