•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Moins d’attente pour consulter un médecin spécialiste en Outaouais qu’ailleurs au Québec?

Médecin tenant un stéthoscope

Les patients de l'Outaouais attendent moins longtemps que leurs pairs ailleurs dans la province pour voir un médecin spécialiste.

Photo : iStock

Laurie Trudel

L'Outaouais est souvent qualifiée de mal aimée en matière de soins de santé. Elle fait toutefois bonne figure à l'échelle provinciale pour le nombre de rendez-vous avec des médecins spécialistes à l'intérieur des délais prescrits. Ces données, recueillies par le gouvernement du Québec, sèment toutefois un certain scepticisme dans le milieu de la santé.

Dans la vaste majorité des spécialités, un patient de l’Outaouais obtient un premier rendez-vous auprès d’un médecin spécialiste plus rapidement que la moyenne des patients québécois.

Selon ces informations obtenues grâce à la Loi sur l’accès aux documents des organismes publics, 13 des 15 spécialités répertoriées par le ministère de la Santé et des Services sociaux figurent ainsi au-dessus de la moyenne provinciale.

Ces délais prescrits par Québec varient de trois jours et moins, pour les cas les plus urgents, jusqu’à douze mois, en fonction des codes de priorité clinique.

Des patients dans la salle d’attente de la clinique Lévis-Métro.

Un patient de l’Outaouais a plus de chance que les délais prescrits par le gouvernement soient respectés qu’ailleurs dans la province.

Photo : Radio-Canada

Par exemple, entre avril 2018 et février 2019, un patient de l’Outaouais avait plus de chances que les délais prescrits par le gouvernement soient respectés qu’ailleurs dans la province et ainsi obtenir une consultation avec un ophtalmologiste, un cardiologue, un gastro-entérologue, un urologue ou un pédiatre.

Toutefois, ces données n’incluent pas les hospitalisations, les cas référés des urgences et les patients référés d’un spécialiste à un autre. Seuls les patients référés par un médecin de famille sont répertoriés et l’engagement des spécialistes à ce guichet de services spécialisés (CRDS) est volontaire.

D’importantes lacunes en orthopédie et en neurologie

Cependant, un patient de l’Outaouais qui souhaite obtenir une première consultation auprès d’un orthopédiste ou un neurologue se butera à un tout autre scénario. Ces deux spécialités se situent largement en dessous de la moyenne provinciale, toujours selon les données obtenues par Radio-Canada.

Tel qu’en témoignent ces informations, la situation s’est largement détériorée au cours de la dernière année dans ces deux spécialités.

À la mi-avril 2019, 1200 patients en Outaouais étaient en attente d’un premier rendez-vous avec un orthopédiste et 2300 patients attendaient toujours leur premier rendez-vous avec un neurologue.

Malgré la présence de neuf orthopédistes en Outaouais, qui rencontrent environ 400 patients par mois pour un premier rendez-vous, ceux-ci n’arrivent pas toujours à respecter les délais prescrits. L'Hôpital de Hull a pourtant inauguré en janvier 2015 une clinique orthopédique rénovée et agrandie, grâce à un investissement de 2 millions de dollars de la Fondation Santé Gatineau.

La météo à blâmer

Selon la directrice adjointe à la direction des services professionnels au Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de l’Outaouais, Jocelyne Guénette, la météo est un facteur à ne pas négliger pour les cas en orthopédie.

Il y a eu plus de chutes, plus d’urgences orthopédiques, ce qui fait que la même équipe médicale doit quand même couvrir les chirurgies, l’urgence et les consultations, affirme-t-elle, précisant que cette multiplication des blessures contribue à allonger les délais.

Une femme en entrevue dans un bureau.

La directrice adjointe à la direction des services professionnels au Centre Intégré de Santé et de Services sociaux de l’Outaouais, Jocelyne Guénette.

Photo : Radio-Canada

Les patients qui ne se présentent pas à leur rendez-vous sont aussi un autre facteur qui influence la capacité des orthopédistes à respecter les délais. Selon le CISSS de l’Outaouais, 5 % des rendez-vous prévus chaque mois n’ont pas lieu, parce que le patient n’est pas présent.

Des négociations en cours en neurologie

En Outaouais, seulement trois neurologues assurent la garde, la clinique neurologique d’urgence et les soins hospitaliers. Bien que les cas urgents respectent les délais prescrits, Jocelyne Guénette n’est pas surprise d’observer de piètres résultats pour les cas moins urgents. Les neurologues qui font de la garde et de l’hospitalisation, étant peu nombreux, n’arrivent pas à faire leur volet de cabinet, reconnaît-elle.

Des négociations sont en cours avec la Fédération des médecins spécialistes du Québec (FMSQ) et le ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec pour obtenir des effectifs supplémentaires en neurologie pour la région. Des prêts de service et la télé-neurologie sont aussi envisagés pour arriver à respecter les délais.

Une fausse bonne nouvelle, selon Santé Outaouais 2020

Andrew Gibson, qui préside l’organisme de défense des droits des patients Santé Outaouais 2020, avoue être surpris par la surperformance de l’Outaouais comparativement aux autres régions du Québec dans la plupart des spécialités répertoriées par le Centre de répartition des demandes de services (CRDS).

Un homme en entrevue devant la Maison du citoyen, à Gatineau.

Andrew Gibson, le président de Santé Outaouais 2020

Photo : Radio-Canada

Selon lui, les délais respectés pour un premier rendez-vous avec un médecin spécialiste dans la région cachent une fausse bonne nouvelle. En Outaouais, on devrait avoir environ 500 [médecins] spécialistes correspondant à notre population, si on se compare aux autres régions, mais on en a seulement 300, note-t-il avec désolation.

Il nous en manque 200. C’est un gros morceau, c’est quasiment la moitié

Andrew Gibson, président de Santé Outaouais 2020

Santé Outaouais 2020 estime par ailleurs que la réalité frontalière de la région de l’Outaouais, voisine de l’Ontario, fausse les données.

L’autre bord de la rivière [...] il y a des services spécialisés de haut de gamme que ce soit en cardiologie à l’Institut de cardiologie [d’Ottawa], au CHEO [Centre hospitalier pour enfants de l’est de l’Ontario] pour la pédiatrie, que ce soit à [l’Hôpital] Montfort pour les accouchements ou autres médecines spécialisées, estime Andrew Gibson.

Si pour une grande proportion des patients en Outaouais leur premier réflexe, c’est d’aller là-bas pour se faire traiter, ça veut dire qu’il en reste beaucoup moins ici, ajoute-t-il.

Un portrait « incomplet » selon la FMSQ

De son côté, la présidente de la Fédération des médecins spécialistes du Québec (FMSQ), Diane Francoeur, se questionne sur la fiabilité des données du CRDS.

Selon elle, l’Outaouais manque d’amour et les médecins spécialistes seraient en mesure d’offrir davantage de temps pour consulter des patients s’il y avait une meilleure répartition des priorités et si les spécialistes obtenaient des ressources supplémentaires.

Plan moyen de Diane Francoeur.

Selon Diane Francoeur, l'accès rapide à un médecin spécialiste passe par l'amélioration des technologies de prise de rendez-vous.

Photo : Radio-Canada

C’est clair que si la machine était mieux huilée et que les rendez-vous étaient facilement confirmés par textos, par courriels, par la méthode que les gens [préfèrent], nous, on serait juste très heureux d’en offrir davantage, affirme-t-elle.

Diane Francoeur reconnaît que l’enjeu des patients qui ne se présentent pas à leur rendez-vous influence grandement la capacité des médecins à respecter les délais prescrits.

Il faut améliorer la technologie de prise de rendez-vous, selon elle, et, en 2019, les citoyens sont en droit de savoir combien de temps ils doivent attendre dans leur région pour consulter un spécialiste. Si les ressources humaines étaient améliorées pour la prise de rendez-vous, la présidente de la FMSQ estime que le portrait de la situation serait plus juste et les listes d’attente moins longues, grâce à une meilleure efficacité du système.

Ottawa-Gatineau

Soins et traitements