•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Compagnons des francs loisirs met en vente son édifice

L'édifice des Compagnons des francs loisirs .
Les Compagnons des francs loisirs espère vendre l’édifice lors de la prochaine année. Photo: Google Street View
Radio-Canada

Après un long processus de consultations, l'organisme culturel francophone de North Bay a décidé de se départir de l'édifice qu'ils occupent depuis 1963. Ainsi après 56 ans, les Compagnons des francs loisirs quittent l'avenue Dudley.

Les consultations ont commencé en 2015, explique le président des Compagnons des francs loisirs, Michel Pagé.

Des contraintes financières

En plus d’être déficitaires depuis quelques années, les rénovations nécessaires s’additionnent rapidement, explique le président.

Lorsqu’on a fait l’étude des besoins en rénovation, le montant nécessaire s’élevait au-delà de 80 % de la valeur de l’édifice, ajoute-t-il.

Michel Pagé discute.Le président des Compagnons des francs loisirs, Michel Pagé. Photo : Radio-Canada / Mathieu Grégoire

De plus, il souligne que la gestion de l’immeuble ajoute des dépenses en ressources humaines.

On a une seule employée, et elle passe plus de 50 % de son temps à gérer l’édifice, précise-t-il.

Financièrement, c’était plus sage de passer à d’autres choses.

Michel Pagé, président des Compagnons des francs loisirs

Les besoins changeants de la communauté

M. Pagé explique que les diverses salles de l’édifice servent de moins en moins aux groupes francophones de la région.

L’an dernier, dit-il, moins de 30 % des événements aux 327, avenue Dudley étaient organisés par la communauté francophone.

Lorsqu’on regarde les grands événements des Compagnons – le carnaval, la Saint-Jean, la fête des Franco-Ontariens – ces événements se passent ailleurs. Ça se passe au Memorial Garden, dans les écoles, au Capitol, à la plage.

Lorsque l’on sort dans la communauté, ça nous permet de nous afficher publiquement comme francophones. Et ça aussi c’est important.

Michel Pagé, président des Compagnons des francs loisirs

Un futur incertain

Les Compagnons des francs loisirs se donnent un an pour décider de la prochaine étape.

M. Pagé assure toutefois que l’organisme francophone aura toujours des locaux où les gens pourront obtenir des services.

C’est possible qu’on aille vers des locaux temporaires, pour ensuite chercher quelque chose de plus permanent, spécule M. Pagé. Mais on veut d’abord consulter la communauté, voir à nos besoins, et voir ce qu’on peut se permettre du côté financier.

L’organisme espère vendre l’édifice lors de l’année à venir, mais se dit conscient des difficultés du marché pour ce type d'immeuble.

Nord de l'Ontario

Associations francophones