•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plus long dans l'Est-du-Québec qu'ailleurs pour voir des médecins spécialistes

Un médecin remplit un rapport à son bureau.

Photo : Radio-Canada

Julie Tremblay
Ariane Perron-Langlois

Bon nombre de patients de l'Est-du-Québec n'arrivent pas à obtenir de rendez-vous avec un médecin spécialiste dans les délais prescrits. Selon des données du ministère de la Santé et des Services sociaux obtenues par Radio-Canada, nos régions se situent bien en deçà de la moyenne québécoise dans certaines spécialités.

Au Bas-Saint-Laurent, moins de la moitié des patients qui ont rencontré un cardiologue entre avril 2018 et février 2019 avaient obtenu leur rendez-vous dans les délais prescrits en fonction de leur état de santé. La proportion des patients vus en cardiologie dans les délais sur la Côte-Nord est aussi en dessous de la moyenne provinciale qui, elle, dépasse les 60 %.

Le directeur des services professionnels au Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) du Bas-Saint-Laurent, Jean-Christophe Carvalho, explique que les délais plus longs pour certaines spécialités, comme la cardiologie, l'otorhinolaryngologie (ORL) et l'ophtalmologie, s'expliquent en bonne partie par le manque d'effectifs. Il ajoute que des problèmes d'ordre technique et administratif prolongent parfois le délai pour la transmission de la demande de consultation du médecin de famille au spécialiste.

Ce sont trois spécialités où il y a quand même de gros volumes à gérer; et pour la cardiologie, on offre aussi le service à la Gaspésie, ce qui fait en sorte qu'il faut aussi tenir en compte la clientèle gaspésienne qui est référée chez nous, précise-t-il.

Le directeur des services professionnels au CISSS du Bas-Saint-Laurent, Jean-Christophe Carvalho.

Le directeur des services professionnels au CISSS du Bas-Saint-Laurent, Jean-Christophe Carvalho

Photo : Radio-Canada / Ariane Perron-Langlois

Les données obtenues par Radio-Canada en vertu de la Loi sur l'accès à l'information touchent exclusivement les spécialités qui font partie du Centre de répartition des demandes de service (CRDS). Elles incluent les patients adressés par leur médecin de famille, mais excluent les consultations à l'urgence et les transferts de patients d'un spécialiste à l'autre. Selon l'urgence de leur cas, ils doivent obtenir un rendez-vous dans un délai variant de 3 jours à 12 mois.

Le Dr Carvalho précise cependant qu'un retard de quelques jours suffit pour qu'une consultation soit considérée comme hors délai dans les statistiques du ministère de la Santé.

Une consultation qui doit être faite en dedans de 30 jours, des fois, elle est faite à 31-32-33 jours, ce qui fait en sorte que le pourcentage n'est pas tenu en compte [dans les statistiques].

Dr Jean-Christophe Carvalho, directeur des services professionnels au CISSS du Bas-Saint-Laurent

Selon le CISSS de la Côte-Nord, plusieurs patients choisiraient de patienter plus longtemps pour pouvoir consulter le seul cardiologue de la région et ainsi éviter d'avoir à se déplacer au Saguenay–Lac-Saint-Jean, au Bas-Saint-Laurent ou dans la Capitale-Nationale.

Beaucoup de gens préfèrent rester dans la région pour avoir des services de proximité plutôt que de se déplacer à l'extérieur et avoir des services à Québec, par exemple.

Geneviève Marchand, conseillère en soins infirmiers à la Direction des services professionnels du CISSS de la Côte-Nord

Moins d'attente sur la Côte-Nord?

Sur la Côte-Nord, les données du ministère montrent qu'en neurologie et en gastroentérologie, davantage de patients sont vus dans les délais par rapport à la moyenne québécoise.

La conseillère en soins infirmiers à la direction des services professionnels du CISSS de la Côte-Nord, Geneviève Marchand, explique que, puisqu'il n'y a pas de gastroentérologue sur la Côte-Nord, les patients sont traités par des chirurgiens généraux. Étant donné que tous les postes en chirurgie générale sont pourvus, il n'y a pas de problème d'accès.

Toutefois, en neurologie, un seul des deux postes est pourvu, de sorte qu'une bonne partie des patients est dirigée à l'extérieur de la région.

On a une neurologue en place, elle travaille beaucoup, donc elle est capable de faire beaucoup de consultations. Mais pour tous ceux qu'elle ne peut pas voir, on les dirige à l'extérieur; donc, les délais d'attente vont être compilés dans une autre région.

Geneviève Marchand, conseillère en soins infirmiers à la Direction des services professionnels du CISSS de la Côte-Nord

La performance du Bas-Saint-Laurent est généralement meilleure que celle de la moyenne provinciale en pédiatrie et en orthopédie, tandis qu'en Gaspésie, les patients semblent avoir plus facilement accès aux spécialistes en orthopédie et en ORL.

En neurologie et en urologie, où le taux de patients vus dans les délais est plutôt bas en Gaspésie, les services sont assurés par des spécialistes de Rimouski qui se déplacent de façon ponctuelle.

Plus de médecins, moins d'attente

En général, les spécialités dans lesquelles les délais ne sont pas respectés ne disposent pas toutes des effectifs nécessaires pour répondre aux demandes des patients.

Le Dr Carvalho précise que deux ophtalmologistes doivent entrer en poste cet automne, ce qui permettra de stabiliser les équipes dans le Bas-Saint-Laurent. Le CISSS doit également faire des embauches pour pourvoir un poste vacant en ORL et un autre en cardiologie.

L'accès est tributaire en grande partie du nombre de médecins spécialistes en place. C'est sûr que, si le plan d'effectifs est moins complet, on a plus de problématiques d'accès.

Geneviève Marchand, conseillère en soins infirmiers à la direction des services professionnels, CISSS de la Côte-Nord

Le CISSS de la Gaspésie a refusé notre demande d'entrevue au sujet des délais d'attente pour voir un médecin spécialiste. On nous indique cependant par courriel que des postes sont vacants en urologie ainsi qu'en ORL et que le CISSS travaille activement au recrutement de médecins spécialistes, mais [qu'il] s'agit d'un défi de taille.

Périodes de référence pour les tableaux

  • Période 1 : 1er avril au 28 avril 2018
  • Période 2 : 29 avril au 26 mai 2018
  • Période 3 : 27 mai au 23 juin 2018
  • Période 4 : 24 juin au 21 juillet 2018
  • Période 5 : 22 juillet au 18 août 2018
  • Période 6 : 19 août au 15 septembre 2018
  • Période 7 : 16 septembre au 13 octobre 2018
  • Période 8 : 14 octobre au 10 novembre 2018
  • Période 9 : 11 novembre au 8 décembre 2018
  • Période 10 : 9 décembre 2018 au 5 janvier 2019
  • Période 11 : 6 janvier au 2 février 2019

Bas-Saint-Laurent

Santé