•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un homme d’affaires canadien accusé d’avoir enfreint la loi américaine en soutenant Donald Trump

Un homme avec des lunettes de protection se trouve dans une usine.

Barry Zekelman, propriétaire de la compagnie Zekelman Industries, qui produit des tubes et tuyaux en acier.

Photo : CBC/ Dale Molnar

Radio-Canada

L'homme d'affaires ontarien Barry Zekelman est accusé d'avoir violé la loi électorale américaine en faisant un don de 1,75 million de dollars américains, l'un des dons les plus importants faits à un parti politique aux États-Unis en 2018, pour soutenir la campagne du président Donald Trump.

L’allégation, faite à la Commission électorale fédérale, provient de Brendan Fischer, de l’organisme Campaign Legal Center, un groupe américain non partisan à but non lucratif qui vise à demander des comptes aux candidats et aux représentants du gouvernement aux États-Unis.

Dans le document judiciaire déposé le 21 mai, l’organisme soutient que Barry Zekelman a violé l’interdiction faite par la loi fédérale à tout ressortissant étranger de faire des contributions directement ou indirectement en rapport avec une élection fédérale.

Selon le document, trois dons distincts (Nouvelle fenêtre) ont été faits à America First Action, un groupe conservateur appuyant les politiques de Donald Trump, par Wheatland Tube, une filiale de Zekelman Industries, dont Barry Zekelman est le président-directeur général.

Ces dons ont été faits le 5 avril 2018, le 4 juin 2018 et le 17 octobre 2018. Tous les montants ont été divulgués par America First Action.

La somme de ses trois dons place Wheatland Tube en 56e position dans le palmarès des plus grands donateurs aux Super PAC américains (Nouvelle fenêtre), des comités de soutien qui collectent des fonds dans le but d'appuyer la campagne d'un candidat ou d'une formation politique, et en 7e position des plus grands donateurs au groupe America First Action (Nouvelle fenêtre).

Le document mentionne que les sociétés américaines appartenant à des intérêts étrangers sont autorisées à verser des contributions, mais seulement si les décisions sont entièrement contrôlées par des ressortissants américains.

Le 1er juin 2018, les États-Unis ont imposé des droits de douane de 25 % sur l’acier et l’aluminium importés. Barry Zekelman, qui possède des exploitations sidérurgiques des deux côtés de la frontière, s’était prononcé ouvertement en faveur des tarifs du président Trump.

En mars 2018, alors que les tarifs imposés par les États-Unis n’étaient encore que proposés, l'homme d'affaires avait dit à CBC News qu’il souhaitait qu’ils soient encore plus élevés.

Est-ce que ce droit de 25 % est suffisant? Je ne pense pas que ce soit le cas et je pense en fait que ces douanes devraient être beaucoup plus élevées, avait-il déclaré à l’époque.

Peu de temps après que les États-Unis eurent imposé ces tarifs à la suite des négociations alors en cours du nouvel ALENA, le Canada a imposé ses propres barrières tarifaires.

Les droits de douane des deux côtés ont finalement été levés près d’un an plus tard. M. Zekelman a célébré cet accord vendredi dernier lorsque l’annonce a été faite pour la première fois.

CBC News a communiqué avec Wheatland Tube, America First Action et Global Affairs Canada pour obtenir leurs commentaires.

M. Zekelman a déclaré à CBC News qu’il ne commentera pas la question avant la fin du débat.

Aucune de ces allégations n'a été prouvée en cour.

Avec les informations de CBC

Windsor

Justice