•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« J’ai ma passe » : la Ville a contribué au démarrage, l'opposition dénonce

Un drapeau de la Ville de Québec.

Un drapeau de la Ville de Québec

Photo : Radio-Canada

Olivier Lemieux

La Ville de Québec a versé 20 000 $ à Accès transports viables (ATV) pour lancer l'initiative « J'ai ma passe ». Un financement décrié par l'opposition, mais l'administration Labeaume affirme que le mouvement en faveur du réseau de transport structurant est « complètement indépendant ».

« L’argent a été versé dans la phase de prédémarrage », confirme le directeur général d’ATV, Étienne Grandmont.

Selon lui, ATV a approché la Ville au début de l’année afin de sonder son intérêt pour le projet. Une demande a été faite pour obtenir du financement en vue de lancer l’initiative de promotion du réseau de transport structurant.

Il fallait établir des contacts avec d’éventuels partenaires et développer le concept. C’est pour ça qu’on a sollicité l’aide de la Ville.

Étienne Grandmont, directeur général et porte-parole d'Accès transports viables

Les 20 000 $ versés par la Ville de Québec ne font pas partie des 100 000 $ recueillis auprès de partenaires privés afin de financer des activités promotionnelles entourant le projet de tramway.

Placement publicitaire

Interrogé mardi pour savoir si la Ville avait contribué d’une façon ou d’une autre à « J’ai ma passe », le vice-président du comité exécutif, Rémy Normand, s’est montré évasif.

Rémy Normand écoute les interventions des citoyens venus assister à la séance d'information et d'échanges sur le projet Le Phare.

Rémy Normand, vice-président du comité exécutif à la Ville de Québec

Photo : Radio-Canada / Daniel Coulombe

« Ce sont des tiers indépendants qui ont parti le mouvement », a-t-il d’abord précisé, avant d’ajouter que la Ville avait acheté des placements publicitaires dans l’initiative.

On a acheté une visibilité au travers de l’ensemble de la promotion qui va être faite, pour la Ville et le RTC, à hauteur de 20 000 $.

Rémy Normand, vice-président du comité exécutif de la Ville de Québec

Pour le moment, aucune trace de la contribution de la Ville n’est visible sur le site Internet de « J’ai ma passe ».

Investissement décrié

Par voie de communiqué, l’opposition officielle à l’Hôtel de Ville a dénoncé un investissement des fonds publics « à des fins partisanes ».

Le chef de l'opposition à l'hôtel de ville de Québec, Jean-François Gosselin.

Le chef de l'opposition à l'Hôtel de Ville de Québec, Jean-François Gosselin

Photo : Radio-Canada / Daniel Coulombe

« C’est totalement absurde, et cette décision démontre bien le désespoir qui marque cette administration qui peine à vendre son projet », a déclaré le chef de Québec 21, Jean-François Gosselin.

Une sortie balayée du revers de la main par Accès transports viables.

« On critique la Ville en disant qu’elle communique mal les informations au sujet du réseau structurant, et quand elle investit pour le faire, on la critique aussi », déplore Étienne Grandmont.

La campagne « J’ai ma passe » est une initiative d’Accès transports viables, de la Chambre de commerce et d’industrie de Québec, du Conseil régional de l’environnement de la Capitale-Nationale, d'Équiterre et de Vivre en Ville.

Une trentaine de commerçants et autant de partenaires soutiennent le mouvement, dont Industrielle Alliance, le Mouvement Desjardins, la Banque Nationale, Bombardier Transport et le groupe Restos Plaisirs.

L’instigateur de l'initiative veut rallier 20 000 adhérents d’ici l’automne afin de démontrer le soutien à l'égard du futur tramway.

Politique municipale

Politique