•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La communauté artistique à la défense des Petits Chanteurs du Mont-Royal

Les Petits Chanteurs chantent lors des funérailles du comédien Paul Buissonneau.
Les Petits Chanteurs du Mont-Royal chantent régulièrement lors de divers événements liturgiques et concerts. Photo: La Presse canadienne / Paul Chiasson
Radio-Canada

Une quarantaine de personnalités du monde artistique québécois expriment leur appui, dans une lettre ouverte, à la Maîtrise des Petits Chanteurs du Mont-Royal dont l'existence serait menacée par le refus de la Commission scolaire de Montréal (CSDM) de renouveler une entente avec le Collège Notre-Dame.

La lettre, écrite par le directeur musical et artistique du choeur, Andrew Gray, et signée par 37 personnalités artistiques, dont Kent Nagano, Marc Labrèche, Serge Denoncourt, Gregory Charles et Ariane Moffatt, dénonce la décision de la CSDM de ne pas renouveler une entente qui permet, depuis des décennies, aux membres de la chorale d’étudier à peu de frais au Collège Notre-Dame, une école secondaire privée située en face des locaux du choeur.

En vertu de cette entente, la scolarité des 200 enfants qui chantent dans le prestigieux choeur est subventionnée presque entièrement par Québec. Les parents, pour leur part, n'assument que les coûts annuels d'environ 1200 $ reliés au programme de musique de leur enfant.

« Les Petits Chanteurs, c’est une école primaire publique de la CSDM de la 3e année à la 6e année. Et rendus au secondaire, […] ils font leur éducation au Collège Notre-Dame, de l’autre côté [du chemin] Queen-Mary », a expliqué Me Pierre Éloi Talbot, président du conseil d’administration des Petits Chanteurs du Mont-Royal, sur les ondes d'ICI RDI.

Or, souligne Me Talbot, « le ministère de l’Éducation finance entièrement cette mesure. Donc la commission scolaire, ça ne leur coûte rien, ils ne sont qu’une courroie de transmission ».

C’est une mesure exceptionnelle, mais pour une école d’exception, c’est-à-dire un chœur de réputation internationale qui fait partie des meilleurs choeurs au monde.

Me Pierre Éloi Talbot, président du conseil d’administration des Petits Chanteurs du Mont-Royal

« Mais maintenant, poursuit-il, parce qu’ils veulent faire la promotion de l’école publique, ils disent : "Même si ça ne coûte rien, on ne veut plus être cette courroie de transmission qu’on a été depuis des dizaines et des dizaines d’années". »

Quel avenir pour le chant choral?

Les Petits Chanteurs du Mont-Royal en répétition.Les Petits Chanteurs du Mont-Royal consacrent 15 heures par semaine à l'étude du chant choral. Photo : Radio-Canada

En désaccord avec cette utilisation de fonds publics qui avantage, selon elle, indûment une école privée, la direction de la CSDM a annoncé mercredi dernier qu’elle ne signera plus, à partir de 2020, l’entente qui permettait de maintenir cette collaboration financière et scolaire avec Les Petits Chanteurs du Mont-Royal.

En contrepartie, la CSDM affirme, dans un communiqué publié le 26 mars, qu'elle compte offrir dès l'année 2020-2021 un programme de chant choral spécifique dans une de ses écoles secondaires.

« L'horaire optimisé, on peut leur offrir dans nos écoles », a soutenu la présidente de la CSDM.

« On a offert deux scénarios à date, a-t-elle ajouté, dont l'un qui implique 40 minutes de transport en commun » pour faire le trajet entre la nouvelle école secondaire et la Maîtrise des Petits Chanteurs du Mont-Royal, où se donneront toujours les cours de musique. « Et on a même de la place dans d’autres écoles à proximité. »

Les noms de l’Académie de Roberval et de l'école Édouard-Montpetit ont été évoqués pour y accueillir Les Petits Chanteurs du Mont-Royal.

Selon Mme Harel Bourdon, beaucoup d'élèves des programmes sports-études ou arts-études de l'île de Montréal doivent faire ce type de trajet entre deux établissements.

En vertu de l’entente actuellement en vigueur, les Petits Chanteurs de la 6e année primaire et du secondaire pourront continuer de fréquenter le Collège Notre-Dame pour l’année 2019-2020.

Tous les autres Petits Chanteurs actuellement au primaire, soit de la 3e à la 5e année, devront quant à eux faire leurs études secondaires dans une école publique, en vertu de la décision de la CSDM.

« Les enfants qui sont dans le système en ce moment, qui sont en 3e, 4e, 5e année et ceux qu’on a recrutés en 2e année, eux, se sont fait dire qu’ils allaient au Collège Notre-Dame. Ils ont signé un contrat de neuf ans quand ils sont entrés, ils s’attendaient à aller au Collège Notre-Dame et là, en cours de route, on change ça », déplore Me Pierre Éloi Talbot.

Il ajoute que la décision prise en octobre dernier par la CSDM n'a été communiquée à la direction de la chorale qu'à la fin mars.

Un modèle qui a fait ses preuves

Des garçons tiennent un cahier de partitions devant un professeur qui joue du piano. Les Petits Chanteurs du Mont-Royal font leurs études secondaires au Collège Notre-Dame. Photo : Radio-Canada

La décision soulève l’inquiétude au sein des membres de la maîtrise, mais également dans le milieu artistique, où on redoute la disparition des Petits Chanteurs du Mont-Royal si on démantèle le modèle scolaire et financier qui a fait l’excellence et la renommée de ce choeur considéré comme une institution à Montréal.

« Par leur spécificité culturelle et linguistique, plusieurs institutions québécoises évoluent dans un écosystème où elles doivent faire preuve d’ingéniosité et de créativité pour attirer les meilleurs et les inciter à demeurer chez nous », explique Andrew Gray dans sa lettre ouverte.

« Les milieux académiques et de la recherche regorgent d’exemples en ce sens, et le monde culturel n’y fait pas exception », ajoute le directeur musical des Petits Chanteurs.

En plus d’offrir un excellent encadrement à des jeunes garçons de toutes classes sociales, croyances, culture et origine, cet organisme a formé, avec des moyens modestes, des milliers de voix masculines dont plusieurs nous ont fièrement représentés, de génération en génération, ici et au-delà des frontières du Québec.

Andrew Gray, directeur musical et artistique, Les Petits Chanteurs du Mont-Royal

« Plutôt que de rendre la vie difficile à ceux et celles qui tiennent à bout de bras ce projet éducatif remarquable, nous devrions au contraire faire tout en notre pouvoir pour les soutenir afin d’assurer la pérennité de ce chœur et en faire un exemple à suivre », écrit Andrew Gray.

Se déclarant tout à fait en accord avec l’idée de la CSDM de créer un nouveau programme de chant-études dans ses écoles qui contribuera au développement de la culture musicale chez les jeunes Québécois, M. Gray déplore cependant que ce projet se réalise au détriment d’une autre chorale qui fait rayonner le talent des jeunes d’ici depuis plus d’un demi-siècle.

Les Petits Chanteurs du Mont-Royal sont initiés dès le primaire au répertoire choral et contribuent régulièrement à des événements et des spectacles avec des institutions culturelles telles que l’Orchestre symphonique de Montréal et l’Opéra de Montréal.

La chorale existe depuis 63 ans.

Musique classique

Arts