•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Préserver la langue dakota de la Première Nation de Whitecap

Plusieurs visiteurs assis à la conférence sur l'avenir de la langue Dakota.
Le dakota fait partie des langues sioux, une des dix familles des langues autochtones du Canada d'après l'Encyclopédie Canadienne. Photo: Radio-Canada / Gabrielle Proulx
Sophie Chevance

La Première Nation dakota de Whitecap, en Saskatchewan, organise pour une deuxième année consécutive une conférence pour assurer l'avenir de sa langue, le dakota.

L'événement de deux jours se tient à Saskatoon, en compagnie d'aînés et d'experts, afin de trouver des solutions pour revitaliser la langue.

Le dakota fait partie des cinq groupes linguistiques des Premières Nations de la Saskatchewan, aux côtés du cri, du déné/chipewyan, du nakota/assiniboine et du saulteux, d’après le ministère des Affaires autochtones et du Nord du Canada.

Selon le chef de la Première Nation dakota de Whitecap, Darcy Bear, peu de membres de sa communauté parlent couramment la langue. Il en appelle à plus de ressources financières de la part du gouvernement fédéral pour assurer l'enseignement du dakota dans les réserves et en milieu urbain.

Darcy Bear, en entrevue lors de la conférence sur la langue Dakota. Darcy Bear, chef de la Première Nation Whitecap Dakota. Photo : Radio-Canada / Gabrielle Proulx

Darcy Bear souhaite aussi attirer les jeunes dans l’apprentissage de la langue.

Pour les jeunes générations, la technologie est omniprésente. Nous nous devons de rendre des outils d’apprentissage disponibles.

Darcy Bear, chef de la Première Nation dakota de Whitecap

L’année dernière, sa communauté a lancé une application, « Dakota I-A-P-I ». Cette dernière se présente comme un dictionnaire, où l’on peut rechercher des mots et vérifier leur prononciation. Une initiative qui aide Herry Eagle, membre de la communauté. « J’apprécie beaucoup le fait que cet outil m’aide à prononcer les mots », souligne la jeune maman.

Herry Eagle, au micro de Radio-Canada. L'application mobile Dakota I-A-P-I aide Herry Eagle, membre de la Première Nation dakota de Whitecap, à apprendre la langue. Photo : Radio-Canada / Gabrielle Proulx

Pour Kevin Tacan, professeur de langue dakota à l’Université de Brandon au Manitoba, il faut aller plus loin.

Ce qui fonctionne et que nous n’avons pas vraiment essayé, c’est de revenir à l’enseignement du dakota à la maison, auprès de nos enfants.

Kevin Tacan, professeur de langue dakota à l’Université de Brandon, au Manitoba
Kevin Tacan en entrevue, portant un grand chapeau. Kevin Tacan, professeur de langue dakota à l’Université de Brandon, au Manitoba, affirme que plusieurs de ses étudiants vivent avec un sentiment d'insécurité lorsqu'ils parlent leur langue. Photo : Radio-Canada / Gabrielle Proulx

Dans sa classe, ses étudiants maîtrisent seulement quelques concepts de base en dakota. Pour faciliter leur processus d'apprentissage, Kevin Tacan aborde avec eux leur culture et les invite à parler le dakota dans des situations du quotidien.

L'Assemblée générale des Nations unies a proclamé 2019 « Année internationale des langues autochtones ». L'UNESCO prévient que la moitié des 6000 langues connues sur la planète auront disparu d'ici la fin du siècle si rien n'est fait pour endiguer la baisse des locuteurs.

Avec quelque 70 langues autochtones, le Canada est l’un des pays les plus exposés de la planète.

Ottawa compte adopter en 2019 un projet de loi sur la protection et la revitalisation des langues autochtones, élaboré en concertation avec les trois grandes communautés autochtones du pays, les Inuits, les Métis et les Premières Nations.

Avec les informations de Gabrielle Proulx

Saskatchewan

Autochtones