•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Gwitchin d’Old Crow adoptent une déclaration d’urgence climatique

Un poteau rempli de bois de caribous et d'orignaux devant une maisonnette.
Les Gwitchin d'Old Crow dépendent de la harde de caribous Porcupine pour se nourrir. Photo: Radio-Canada / Heather Avery
Radio-Canada

Les Gwitchin du nord du Yukon ont adopté, à Old Crow, une déclaration d'urgence climatique en réaction aux nombreux changements observés dans leur environnement.

Le chef du conseil de la Première Nation des Gwitchin Vuntut, Dana Tizya-Tramm, affirme que ces changements menacent le mode de vie des habitants du village d'environ 300 personnes.

Nous voyons des oiseaux que nous n’avons jamais vus auparavant. Leur migration change. La neige et la rivière changent. Tout est en train de changer devant nos yeux.

Dana Tizya-Tramm, chef du conseil de la Première Nation des Gwitchin Vuntut

L’ancienne députée territoriale et défenseure de la harde de caribous Porcupine Lorraine Netro affirme que les dernières années ont mis en lumière l’insécurité alimentaire à laquelle font face les Gwitchin en raison des changements climatiques.

« Durant les cinq dernières années, nous n’avons pas vu la harde de Porcupine passer près du village lors de sa migration qui nous permet de récolter notre part de nourriture au printemps et à l’automne. »

Des gens sont assis à des tables sur la rive d'une rivière derrière un signe d'arrêt routier.La harde de caribous Porcupine traverse habituellement la rivière du même nom tout près du village lors de sa migration annuelle. Photo : Radio-Canada / Heather Avery

Lorraine Netro et Dana Tizya-Tramm sont inquiets pour l’avenir du mode de vie des générations à venir. « Si ceci n’est pas une urgence, je ne sais pas ce qui en est une », dit Dana Tizya-Tramm.

Un accord autochtone sur le climat

La Première Nation des Gwitchin Vuntut souhaite par cette déclaration encourager les Premières Nations du Nord canadien et d’autres nations de l’Arctique, comme les Gwitchin de l’Alaska, à adopter elles aussi des déclarations d’urgence climatique.

Un homme tient un document entre ses mains en parlant dans un micro aux côtés d'un homme et d'une femme assis à une table.Dana Tizya-Tramm, le chef du conseil de la Première Nation des Gwitchin Vuntut, espère que cette déclaration d'urgence climatique encouragera d'autres Premières Nations à faire de même. Photo : Radio-Canada / Heather Avery

Les membres de la Première Naton des Gwichin Vuntut se rendront dans un premier temps à Fort Yukon, en Alaska, au mois de juin, lors d’un sommet autochtone de l’Arctique sur le climat, puis peut-être en Scandinavie à l’automne.

Nous prévoyons travailler à l’élaboration d’un accord autochtone sur le climat, que ce soit panarctique ou carrément autour du cercle polaire, mais ça devrait commencer par l’Arctique.

Dana Tizya-Tramm, chef du conseil de la Première Nation Vuntut Gwitchin

Dana Tizya-Tramm affirme que les Premières Nations ont comme premier mandat de protéger leur environnement et le devoir d’agir pour le bien du monde.

Avec les informations de Heather Avery/CBC

Grand-Nord

Changements climatiques