•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Prestations de maladie : les années passent et rien ne change

William Morissette se trouve à l'hôpital pour accorder une entrevue
William Morissette se désole de la réponse du ministre fédéral du Développement social, Jean‑Yves Duclos. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Deux semaines après la sortie médiatique de William Morissette, un homme atteint d'un cancer qui dénonce le régime de prestations de maladie, rien ne semble avoir bougé. Le ministre fédéral du Développement social assure vouloir travailler pour moderniser ce régime, mais sa réponse imprécise équivaut à « de l'évitement », selon William Morissette.

On sait qu’on doit continuer à travailler sur un agenda [pour] rendre notre régime d’assurance-emploi plus moderne et plus respectueux des conditions particulières de nos familles. Ça inclut des conditions de santé. Aussi, en 2019, il y a une incidence de maladie chronique qui est plus importante. À nouveau, ça crée des défis de revenus et beaucoup de stress pour les familles, affirme Jean‑Yves Duclos, ministre fédéral du Développement social.

C’est ce qu’il a répondu lorsqu’on lui a demandé ce que le gouvernement fédéral comptait faire quant à la limite de 15 semaines des prestations de maladie de l'assurance-emploi. Jean-Yves Duclos était de passage à Moncton mardi matin pour annoncerune aide pour les travailleurs à faibles revenus.

La consternation pour les travailleurs malades

La question survient deux semaines après la sortie de William Morissette dans les médias. Il est atteint d’un cancer qui l’empêche de travailler depuis plusieurs mois et il n’a plus accès aux prestations de maladie. Il dénonce les failles du programme de l’assurance-emploi. Il a eu droit aux prestations pendant 15 semaines.

Deux semaines après son témoignage, la réponse laconique du ministre fédéral le consterne. C’est de l’évitement. C’est carrément ça. Je ne veux pas être vulgaire, mais il se fout de ces travailleurs.

William Morissette considère cela comme étant un manque de reconnaissance de toutes les années qu’il a passées à travailler.

Quand tu travailles et que tu n'as rien après, commence-t-il, ému. Je travaille depuis que je suis tout petit. J’ai commencé dans les champs à ramasser des tomates, des framboises, des fraises.

Mes parents nous ont appris la valeur du travail. Mais le gouvernement ne le reconnaît pas. Il s’en lave les mains, conclut-il.

Une promesse qui date de 2016

Déjà en 2016, les travailleurs canadiens demandaient au gouvernement d’allonger les 15 semaines de prestations de l’assurance-emploi en cas de maladie. Le ministre Duclos avait alors promis de se pencher sur la question.

Nous allons revoir ce délai, ce processus et tout ce qui entoure [...] l’appui aux familles et aux individus qui en ont besoin.

La réponse était plus claire que celle qu’il a donnée mardi matin à Moncton et pourtant rien n’a changé depuis ce moment. L'impasse décourage William Morissette pour qui chaque seconde compte.

Avec les informations de Camille Bourdeau

Nouveau-Brunswick

Cancer