•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Gazoduq annule ses rencontres avec les propriétaires touchés par son tracé au Saguenay-Lac-Saint-Jean

Un homme parle devant une foule lors d'une consultation de l'entreprise Gazoduq.
Frédéric Lepage, chef des relations avec les communautés de Gazoduq Photo: gracieuseté Gazoduq
Mélissa Savoie-Soulières

L'entreprise Gazoduq annule les consultations prévues avec les propriétaires touchés par le tracé de son projet de conduite de gaz naturel de 750 kilomètres. Des rencontres étaient prévues à Saguenay et à Chambord.

La compagnie a plutôt choisi de rencontrer les 90 propriétaires touchés par le tracé en privé plutôt qu’en groupe. Gazoduq contactera chaque propriétaire terrien sous peu afin de planifier une rencontre individuelle.

La semaine dernière, les consultations prévues en Abitibi avaient aussi été annulées après une séance mouvementée à D’Alembert.

Ce qui est arrivé, c’est qu’en Abitibi, il y a un groupe de citoyens mobilisés qui s’est présenté et on a accepté qu’ils assistent à la rencontre, mais malheureusement, ils ont monopolisé la discussion. Et on n’a pas pu avoir les échanges qu’on souhaitait avoir avec les propriétaires, a indiqué le chef des relations avec les communautés, Frédéric Lepage, en entrevue à Radio-Canada.

Il semble évident que la formule qu’on avait choisie ne nous permettait pas d’atteindre nos objectifs. C’est pour ça qu’on s’est ravisés et qu’on a choisi d’annuler les rencontres.

Frédéric Lepage, chef des relations avec les communautés

Frédéric Lepage assure toutefois que l’annulation de ces rencontres ne touche en rien la poursuite des consultations du grand public sur le tracé choisi par la compagnie. Des groupes seront consultés dans la semaine du 17 juin, assure-t-il.

Le tracé de Gazoduq touche environ 150 propriétaires privés du nord de l’Ontario jusqu’au Saguenay-Lac-Saint-Jean. Rappelons que ce projet doit amener du gaz naturel à l’usine de liquéfaction de gaz naturel Énergie Saguenay. GNL Québec est le principal actionnaire de ces deux projets.

Une justification malhonnête, dit la Coalition Fjord

La vraie raison pourquoi ils annulent leur rencontre, c’est parce qu’ils ont peur de la réaction des propriétaires, lance d’emblée le porte-parole de la Coalition Fjord, Adrien Guibert-Bathez, joint par Radio-Canada.

Le Saguenéen ne mâche pas ses mots : la compagnie ment lorsqu’elle affirme que des citoyens mobilisés ont monopolisé le micro en Abitibi. Il s’agissait plutôt de propriétaires privés et de leurs voisins, affirme le groupe environnemental.

La semaine passée, ce qui s’est passé en Abitibi, ce n’était pas une organisation concertée de groupes écologistes fâchés. C’étaient des propriétaires terriens qui voyaient les impacts et qui posaient des questions.

Adrien Guibert-Bartez, porte-parole de la Coalition Fjord

La compagnie cherche à monopoliser le discours et à diviser la population pour que les gens qui en savent un peu plus ne parlent pas avec les autres personnes qui n’en savent pas beaucoup, reproche Adrien Guibert-Barthez à la compagnie.

C’est un manque de respect à la population abitibienne et saguenéenne, conclut le porte-parole de la Coalition Fjord.

Saguenay–Lac-St-Jean

Industries