•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Deux chiens ayant attaqué une fillette seront euthanasiés

Une jeune fille dans un lit d'hôpital, un bandage à la tête.
Semiah Laquette a subi d'importantes coupures à la poitrine, aux aisselles, à la mâchoire, aux oreilles et à la tête. Photo: Lolanda Ducharme
Radio-Canada

Le comité de protection, des services communautaires et des parcs de la Ville de Winnipeg a voté mercredi matin en faveur de l'euthanasie des deux chiens qui ont gravement blessé une fillette de 5 ans dans le quartier North End de Winnipeg, le mois dernier.

L'un des propriétaires des animaux, Kingsley Heart, portait en appel la décision de l'Agence des fourrières de la Ville d'euthanasier ses animaux et devait être entendu par le comité.

Une autre des propriétaires, Victoria Heart, a déclaré au comité que l’attaque avait été provoquée. « C’est un incident isolé et provoqué. Je suis une propriétaire de chiens responsable et aujourd’hui je me bats pour leur vie », a-t-elle dit dans l’espoir de convaincre le comité de ne pas euthanasier ses animaux.

Le 23 avril, Gregory Ducharme marchait avec sa fille, Semiah, 5 ans, quand les deux chiens sont sortis d’une cour arrière par une porte laissée ouverte et ont attaqué l'enfant.

Un homme et une femme en compagnie d'une jeune fille.Semiah est maintenant en convalescence à la maison avec sa famille. Photo : Radio-Canada

La petite Semiah a subi des coupures à la poitrine, aux aisselles, à la mâchoire, aux oreilles et à la tête. Elle a été emmenée à l'hôpital, où elle a reçu des dizaines de points de suture et a dû subir une intervention chirurgicale au visage pour rattacher son oreille.

Son père Gregory Ducharme a réfuté les allégations de la famille propriétaire des chiens, selon lesquelles sa fille aurait provoqué l’incident en ouvrant le portail et en pénétrant sur la propriété.

« Ma femme et moi, nous voulons vraiment que ces chiens soient euthanasiés car leurs propriétaires ne savent comment les contrôler », a déclaré Gregory Ducharme.

La mère de Semiah a témoigné avec sa fille dans les bras. Elle a parlé des cicatrices que porte désormais Semiah. « Elle ne porte plus que des manches longues à cause de ses cicatrices », explique la mère.

Le chef de l'exploitation de l’Agence des fourrières, Leland Gordon, a expliqué les raisons motivant la recommandation d’euthanasier les chiens. Il indique que si cette décision a été difficile à prendre, les chiens représentent à son avis une menace.

Le conseiller John Orlikow, qui a voté en faveur de l'euthanasie des deux chiens, a résumé la situation : « Les faits sont là, les chiens ont attaqué cette pauvre fillette. Pouvons-nous être certains que cela n’arrivera plus? Non. »

Avec des informations de Laura Glowacki, CBC

Manitoba

Animaux de compagnie