•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Rencontres pour le recours collectif sur l'épidémie de conjonctivite de 2013 et 2014

L'hôpital Le Royer de Baie-Comeau

L'hôpital Le Royer de Baie-Comeau (archives)

Photo : Radio-Canada / Benoit Jobin

Alix-Anne Turcotti

Les avocats qui représentent les patients qui ont fait partie de l'épidémie de conjonctivite survenue sur la Côte-Nord en 2013 et en 2014 sont à Baie-Comeau, jusqu'à jeudi, pour des rencontres d'information.

Selon l’un des avocats au dossier, Jean-Sébastien D'Amours, ces rencontres visent à informer les personnes impliquées dans le recours collectif sur l’avancée des procédures. Nous tenons des rencontres individuelles et des rencontres de groupe, afin d'entendre l'histoire des gens, d'entendre ce qu'ils ont vécu et leur donner de l'information sur l'action collective, précise-t-il.

Les avocats espèrent que l’affaire sera entendue par un juge en 2020.

Jean-Sébastien D'Amours précise que les avocats ont l'intention de démontrer que des mesures d'hygiène élémentaires et des précautions supplémentaires, qui auraient pu éviter l'épidémie de conjonctivite, n'auraient pas été respectées.

Ce sont les prétentions que nous voulons démontrer au Tribunal afin d'obtenir une compensation pour les victimes.

Jean-Sébastien D'Amours, avocat

Certains de leurs arguments sont basés sur un rapport de l’Institut national de santé publique du Québec publié en 2014.

En décembre 2017, la Cour supérieure a autorisé le recours collectif intenté par l'une des victimes de l’épidémie de conjonctivite. Les membres du groupe sont les personnes qui ont souffert de la conjonctivite entre décembre 2013 et mai 2014 et dont la source d'infection remonte à l'hôpital Le Royer de Baie-Comeau.

Côte-Nord

Santé publique