•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La grève générale de 1919 envahit le Musée du Manitoba

Une galerie de musée qui ressemble à une ville des années 1920.
Le « Old town » (vieux village) du musée, qui recrée le Winnipeg des années 1920, en décor de la grève. Photo: Radio-Canada / Daniel Gagné
Radio-Canada

Une explosion d'intérêt pour la grève générale de Winnipeg de 1919, à l'occasion de son 100e anniversaire, a mené le Musée du Manitoba à lancer une nouvelle exposition interactive.

Le Musée du Manitoba dispose d’une collection exceptionnelle d’enregistrements sonores de témoignages de la grève de 1919, qui datent des années 1970, explique le conservateur en histoire Roland Sawatzky.

Ces documents d’histoire orale sont mis en valeur dans l’exposition du Musée, qui a ouvert ses portes le 22 mars. Il est possible d’écouter la voix de ces témoins grâce à un ancien téléphone.

« C’est l’occasion de réfléchir à ce que signifie le travail pour notre société, et comment cela a changé. Le travail et les syndicats industriels du 20e siècle ont beaucoup changé, mais il est important de se souvenir que la qualité de vie dont jouissent tant de Canadiens est construite sur leur travail », note M. Sawatzky.

Il indique que le Musée a transformé l'espace du Old Town (« vieux village »), qui recrée le Winnipeg des années 1920, en décor de la grève.

Rappel des faits

Winnipeg est secouée par des conflits de travail depuis la Première Guerre mondiale. Salaires misérables, conditions de travail inhumaines, chômage, un différend entre les métallurgistes et leurs patrons est la goutte qui fait déborder le vase.

Pendant six semaines, 30 000 hommes, femmes et enfants débrayent et paralysent Winnipeg. Le tout se termine en bain de sang au centre-ville de Winnipeg, son actuel quartier de la Bourse.

Par exemple, le dentiste de ce « village » se plaint de la faible pression d’eau. La pression de l’eau à Winnipeg était plus basse pendant la grève, car les ouvriers des eaux avaient débrayé. Le dentiste dit que cela met en danger la santé de ses patients. Ce dentiste, dont le témoignage se base sur celui d’un dentiste qui a vécu à l'époque, avouera plus tard qu’aucun patient n’était tombé malade pendant cette période.

En outre, le théâtre reste ouvert, puisque le le comité des grévistes en 1919 l'avait permis. Le Musée y a ajouté un documentaire sur l’histoire de la grève.

Des pistolets, des carabines, des matraques et une mitrailleuse Lewis, tous utilisés par l’État pour faire cesser la grève, sont également exposés dans le Musée.

Des matraques, des briques, des armes à feu et des silhouettes censées représenter les grévistes et leurs opposants.Des pistolets, des carabines, des matraques et une mitrailleuse Lewis, utilisés par l’État pour faire cesser la grève, sont exposés dans le Musée. Photo : Radio-Canada / Daniel Gagné

« Beaucoup des grévistes étaient des anciens combattants de la Première Guerre mondiale. Vous pouvez imaginer l’effet psychologique pour eux lorsqu’ils voyaient des soldats patrouiller avec ces mitrailleuses, ils savaient ce qu’elles étaient capables de faire, ils les avaient connues », explique le conservateur en histoire.

Le Musée du Manitoba offre une activité spéciale le 26 mai : une visite guidée du Musée se terminera avec une bière et une discussion dans une microbrasserie non loin du musée. Une soirée artistique sur le thème de la grève avec, entre autres, poésie, danse et musique s’y déroule également le 7 juin.

Avec des informations de Marcy Markusa, CBC

Manitoba

Histoire