•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les inondations retardent l'ouverture de la marina de Trois-Rivières

Vue de la marina de Trois-Rivières et la porte d'accès aux pontons inondées.
La clôture de chaque coté de la porte d'accès mesure cinq pieds de haut et reste complètement immergée. Photo: Radio-Canada
Vincent Bonnay

À la marina de Trois-Rivières, la saison 2019 devait commencer le 11 mai avec la mise à l'eau des bateaux, mais il faudra encore attendre, en raison des inondations printanières.

Les 245 espaces pour les bateaux et les pontons sont inaccessibles. La porte d'accès est submergée et les bateaux sont encore à l'entreposage.

Le haut niveau de l'eau rend impossible la mise à l'eau qui devait pourtant commencer le 11 mai dernier.

On va probablement attendre encore un bon deux semaines pour pouvoir commencer à remettre des bateaux à l'eau, affirme le président du conseil d'administration de la marina de Trois-Rivières, Mario Cossette.

Il explique que pour mettre les passerelles il faut que le niveau d'eau ait baissé d'un mètre, un mètre cinquante par rapport au niveau actuel.

On l'a vécu en 2017, mais je pense qu'on vit les situations exceptionnelles plus souvent. Habituellement, c'est une fois en 10 ans qu'on avait ces situations-là.

Mario Cossette, président du conseil d'administration de la marina de Trois-Rivières

En 2017, il y avait eu deux semaines de retard. Pour cette saison-ci, aucune date précise n'est avancée, mais le conseil d'administration espère ouvrir la marina au début du mois de juin.

Alain Parent devant les bateauxComme les autres plaisanciers de Trois-Rivières, Alain Parent doit attendre que l'eau descende avant de mettre son bateau à l'eau. Photo : Radio-Canada

Les plaisanciers doivent prendre leur mal en patience. La saison, au lieu de durer cinq mois, elle va en durer quatre, affirme Alain Parent, rencontré à la marina de Trois-Rivières.

Il tente de voir le côté positif de la situation. On a déjà eu des manques d'eau certaines années, au mois d’août, mais cette année, je pense qu'on ne manquera pas d'eau. C'est pas parti pour ça, se console-t-il.

Une meilleure préparation qu'en 2017

Si la précédente inondation avait engendré d'importants dégâts estimés à environ 25 000 $, cette année, ça ne devrait pas dépasser les 5000 $, selon Mario Cossette. Avec l'expérience de 2017, l'hivernage a été mieux préparé et la situation, anticipée.

Les chaînes qui retiennent les pontons ont été moins tendues pour leur permettre de supporter une telle montée des eaux et certaines installations électriques ont été rehaussées.

Le président du C.A. de la marina affirme que la prochaine étape est de se tenir prêt à démarrer la session, dès que l'eau va descendre.

Il va falloir donner du service assez rapidement, puis va falloir mettre [les bateaux] à l'eau assez rapidement, donc ça va être la course contre la montre, explique-t-il.

Mario Cossette espère que les plaisanciers auront droit à un bel été.

Un été maussade, c'est pire qu'une inondation, dit-il.

Mauricie et Centre du Québec

Sports nautiques