•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La prison à vie pour le tueur « insensible » Edward Downey, décide une juge de l'Alberta

Trois photos montrant Edward Downey, Sarah Baillie et Taliyah Marsman.

Edward Downey a tué Taliyah Marsman, 5 ans, et Sara Baillie, 34 ans, le 11 juillet 2016.

Photo : CBC/Instagram/Facebook

Radio-Canada

Edward Downey écope d'une peine d'emprisonnement à vie sans possibilité de libération conditionnelle avant 50 ans, pour les meurtres de Sara Baillie et de sa fille de 5 ans, Taliyah Marsman.

« La gravité de l'infraction, le degré de culpabilité morale de M. Downey, ainsi que son degré de responsabilité, sont au plus haut niveau. Après avoir kidnappé Taliyah, il a planifié et réfléchi à son meurtre pendant plusieurs heures avant de l'assassiner », a écrit la juge de la Cour du Banc de la Reine Beth Hughes dans sa décision.

En décembre, un jury a reconnu Edward Downey coupable des deux chefs d'accusation de meurtre au premier degré de Sara Baillie et de Taliyah Marsman.

La mère et sa fille ont été tuées le 11 juillet 2016. Toutes les deux sont mortes par asphyxie.

Le corps de Sara Baillie a été retrouvé dans un panier à linge dans un placard, tandis que l'enfant a été retrouvée quelques jours plus tard dans une zone rurale à l'est de la ville.

La Couronne a fait valoir que Sara Baillie avait été tuée parce qu'Edward Downey la tenait pour responsable d’avoir brisé sa relation amoureuse avec celle qui était la meilleure amie de la victime. D’après les procureurs, la petite Taliyah aurait été tuée, car elle aurait pu identifier le meurtrier de sa mère.

« En tuant Taliyah, M. Downey a éliminé l'unique témoin du meurtre de la mère. Les messages texte qu'il a envoyés après s'être débarrassé du corps de Taliyah mettent en évidence une personne insensible et sans remords », indique Beth Hughes.

Pas de retour en arrière

Avec cette décision, la juge Beth Hughes refuse aussi l'annulation du procès que réclamaient les avocats d'Edward Downey.

L'avocat de la défense avait demandé une révision judiciaire en faisant valoir qu'un membre du jury avait des liens politiques qui auraient pu nuire au procès. Il suggérait que ces liens violaient la Loi sur le jury, qui interdit à certains employés politiques de participer à un jury.

L'oncle de Sara Baillie, Scott Hamilton, s'est adressé aux journalistes à l'extérieur de la cour, mardi, après la décision. Il a remercié les policiers, la juge, ainsi que les procureurs de la Couronne, Carla MacPhail et Ryan Jenkins.

Alberta

Procès et poursuites