•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'ancienne école Riverside, à Arvida, sur le point d'être vendue

L'ancienne école Riverside vue de face.

L'ancienne école anglophone Riverside, à Arvida, qui a aussi été connue sous le nom de Saint-Patrick's School pendant des décennies, est sur le point d'être vendue, a appris Radio-Canada.

Photo : Radio-Canada / Mélyssa Gagnon

Mélyssa Gagnon

L'ancienne école anglophone Riverside, située rue Neilson, à Arvida, est en voie d'être vendue, a appris Radio-Canada.

Un promoteur privé a soumis une offre d’achat pour le bâtiment, vacant depuis plus de trois ans.

Le président de PBS Immmobilier, Samuel Plourde-Bergeron, souhaite y construire des appartements de luxe. Il a l’intention d’investir 2 millions de dollars pour la réalisation de son projet.

Ce qu’on envisage de faire, c’est convertir les lieux en 30 appartements de luxe. On veut des lofts, des deux et demie et des quatre et demie quand même abordables, mais ce sera de beaux appartements. On veut faire quelque chose de beau pour aller chercher une clientèle intéressante.

Samuel Plourde-Bergeron, promoteur du projet

Le gymnase de l’école serait utilisé pour aménager un sauna et une salle d’entraînement.

L’établissement est détenu par la Commission scolaire Central Quebec (CSCQ), dont les assises sont situées dans la région de la Capitale-Nationale. La CSCQ tentait de se départir de ces actifs depuis que les élèves du primaire ont été transférés rue Joule, également située dans le quartier historique de Sainte-Thérèse, en 2017. L'école primaire était pleine à craquer, tandis que le secondaire disposait de locaux. Le projet de regroupement visait donc à faire un meilleur usage de l'espace.

L'école vu de côté.

La Société québécoise des infrastructures (SQI) a lancé un appel d'offres pour l'école Riverside dans les mois suivant sa fermeture. Il s'agit d'une étape nécessaire avant que la vente d'un bâtiment public puisse être confiée à un courtier.

Photo : Radio-Canada / Mélyssa Gagnon

L’immeuble a été déclaré excédentaire en 2018. Plusieurs promoteurs et organismes, dont Loge m’entraide, l’ont visité, mais aucune transaction n’a été conclue.

Une offre de 99 000 $

La Société québécoise des infrastructures (SQI) a lancé un appel d'offres dans les mois suivant la fermeture de Riverside. Pour les bâtiments publics, cette étape est nécessaire avant qu’un mandat de vente puisse être confié à un courtier.

Au départ, la CSCQ demandait 500 000 $ pour l’immeuble, dont la valeur foncière atteint 310 700 $. Une offre d’achat de 100 000 $ a été refusée l’an dernier, rapportait alors le conseiller municipal du secteur, Carl Dufour.

PBS Immobilier a offert 99 000 $ pour les actifs. Des travaux de décontamination sont cependant à prévoir, puisque l’immeuble recèle des quantités importantes d’amiante.

À la Commission scolaire Central Quebec, on confirme qu’une offre a été reçue. Elle doit maintenant recevoir l’aval du ministère de l’Éducation du Québec.

Nous avons une entente, mais elle n’est pas encore signée ni notariée. La date butoir est le 31 juillet, a indiqué la responsable des communications, Sandra Griffin.

Selon le promoteur, il ne s’agirait que d’une formalité.

L’ancienne école de la rue Neilson, située près du Foyer des loisirs, a accueilli de nombreuses cohortes d’élèves anglophones de la maternelle au secondaire 5 entre 1940 et 1997, puis de la maternelle à la sixième année entre 1998 et 2017.

L’établissement a longtemps porté le nom de Saint-Patrick’s School. L’immeuble se trouve dans un secteur patrimonial connu comme le noyau institutionnel d’Arvida. Le promoteur a l’intention de maintenir le cachet du bâtiment.

Le conseiller municipal Carl Dufour se réjouit d'apprendre que l'école aura une deuxième vie.

C'est toujours de belles nouvelles. Quand on a soit une église, soit une école qui est fermée depuis quelques années, ça laisse présager qu'un bâtiment va être à l'abandon. Le fait qu'un promoteur va acquérir ce bâtiment-là et avoir un projet de condos, je pense que ça va contribuer à ranimer le secteur. On avait peur de perdre un bâtiment patrimonial, fait valoir l'élu.

Saguenay–Lac-St-Jean

Éducation