•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Manitoba tarde à apporter des changements sur la santé mentale et les dépendances, selon des militants

Radio-Canada

Une femme dont le fils a succombé à une surdose fait partie d'un groupe qui dénonce la lenteur avec laquelle le gouvernement provincial applique les recommandations d'un important rapport sur la santé mentale et les dépendances, qui a été dévoilé l'an dernier.

Le fils d'Arlene Last-Kolb est mort d’une surdose due au fentanyl en 2014. Elle croit que les utilisateurs de drogues sont forcés d’attendre trop longtemps pour obtenir un traitement et réclame l’action immédiate du gouvernement.

« On veut un système intégré. Un système qui est disponible immédiatement. L’idée, c’est qu’un patient puisse passer de son programme de désintoxication médicale au traitement à long terme comme s'il ouvrait une porte. Tout serait regroupé, et il n’y aurait pas d’attente entre les étapes », explique Arlene Last-Kolb.

Elle est membre d’un groupe qui a lancé une pétition pour réclamer au gouvernement la création de centres de désintoxication médicale et un accès plus facile aux traitements à long terme. Plus de 5000 personnes ont signé le document qui a été remis au Nouveau Parti démocratique du Manitoba et déposé mardi à l'Assemblée législative.

Une femme devant un vitrail.Arlene Last-Kolb Photo : Radio-Canada / Alana Cole

« On n'a pas besoin de plus de groupes de discussion, je n’ai pas besoin de parler de nouveau au ministre de la Santé. J’ai besoin de savoir que le premier ministre nous écoute et qu’il se soucie de ce qui se passe dans notre province » ajoute-t-elle.

Un porte-parole du gouvernement de Brian Pallister rappelle que 22 des 125 recommandations, dont l’ouverture de cinq cliniques d'accès rapide aux traitements des dépendances, ont été mises en oeuvre et que le nombre de psychiatres a augmenté dans la province.

Il indique que certaines des recommandations du rapport peuvent être appliquées à court terme, mais que d’autres requièrent plus de temps, car il s’agit de transformations structurelles de la prestation de services de santé.

« Des travaux sont aussi en cours sur un bon nombre d’autres initiatives prioritaires qui se trouvent dans le rapport Virgo. Ces initiatives se trouvent à des stades de planification et de mise en œuvre différents, et seront lancées dans les prochains mois », ajoute le porte-parole.

Le rapport Virgo

  • L'an dernier, le rapport de 287 pages de la firme Virgo préconisait que le Manitoba cesse de traiter de manière isolée les problèmes de santé mentale et de dépendances.
  • Le rapport fait valoir un retard considérable dans ces domaines, comparativement au reste du Canada. Non seulement ces services sont-ils mal coordonnés et sous-financés, mais les problématiques touchent plus particulièrement les communautés autochtones, les jeunes et les femmes.

Manitoba

Santé physique et mentale