•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une nouvelle théorie sur l’origine des Rocheuses

De grosses montagnes, des arbres verts et un ciel bleu.

Les rocheuses du côté de l'Alberta, en mai 2018.

Photo : Radio-Canada / Axel Tardieu

Radio-Canada

Les résultats d'une nouvelle étude publiés, mardi, sur le site web Nature Communications contredisent la théorie qui explique depuis toujours la formation des Rocheuses canadiennes.

Jusqu’à aujourd’hui, la théorie privilégiée pour expliquer la création des Rocheuses, joyaux dans l’ouest du pays qui traversent aussi la frontière américaine, est celle du mouvement d'une plaque tectonique océanique qui s'est déplacée sous une plaque continentale.

C'est ce déplacement qui serait graduellement venu déformer la surface terrestre en ajoutant des couches de sédiment.

L’étude de chercheurs de l’Université de l’Alberta démontre cependant que la chaîne de montagnes serait plutôt le résultat d’une collision entre un microcontinent dans le Pacifique et le reste du territoire Canadien il y a plus de 100 millions d’années.

Cette hypothèse existait déjà, mais c’est la première fois que des chercheurs en ont la preuve tangible.

Grâce à des données sismiques prises en Colombie-Britannique et en Alberta, l’étude de l’Université de l’Alberta démontre qu’il y a une suture profonde dans le manteau terrestre sous les Rocheuses.

« Cette suture serait la preuve que le Yukon et la Colombie-Britannique étaient un territoire dans le Pacifique qui s’est joint au reste du continent », indique Stephen Johnston, président du département de la science de la terre et de l’atmosphère à l’Université de l’Alberta.

Pour lui, cette découverte remet en question les autres théories permettant de comprendre la transformation du continent, en plus de mieux comprendre la formation d’autres chaînes de montagnes ailleurs dans le monde.

Cela veut aussi dire qu’il y a encore beaucoup de travail à faire. C’est vraiment excitant.

Stephen Johnston, président du département de la science de la terre et de l’atmosphère à l’Université de l’Alberta

Les chercheurs précisent par ailleurs que leur étude ne touche qu’à la partie des Rocheuses en sol canadien. Il sera important de refaire l'étude du côté américain, ajoutent-ils.

« Nous allons devoir valider cette théorie, obtenir plus d’analyses géodynamiques et d’observations géologiques », ajoute Jeffrey Gu, coauteur de l’étude.

C’est un nouveau chapitre qui s’ouvre pour comprendre les Rocheuses.

Jeffrey Gu, coauteur de l’étude

Les outils technologiques

D’après Stephen Johnston, la suture terrestre a été découverte grâce à des instruments plus performants que ceux qui étaient disponibles il y a 10 ans.

Ils offrent maintenant un meilleur accès à ce qui se passe à des kilomètres sous la surface de la Terre.

« C’est toujours comme si on regardait une vieille télévision en noir et blanc », précise-t-il.

Alberta

Géographie