•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des ados simulent les « funérailles de leur avenir » pour protester contre le gaz naturel

Des adolescents habillés en noir, certains la tête baissée, avec des fleurs ou des affiches dans les mains, à gauche trois jeunes qui tiennent un drapeau du Canada avec la feuille à l'envers, qui dégouline d'huile.
Une trentaine de jeunes ont simulé les « funérailles de leur avenir » devant le Centre des congrès de Vancouver. Photo: Radio-Canada / Timothé Matte-Bergeron
Timothé Matte-Bergeron

Une trentaine d'adolescents ont manqué l'école, mardi avant-midi, pour exprimer leur opposition à l'exploitation du gaz naturel en Colombie-Britannique. Ils ont manifesté devant le Centre des congrès de Vancouver où sont réunis des milliers de membres de l'industrie.

Les jeunes, habillés de noir, ont simulé ce qu'ils ont appelé les « funérailles de leur avenir » pour protester contre l'exploitation des énergies fossiles et appeler à l'action contre les changements climatiques, qui constituent, selon eux, une menace pour « l'avenir de leur génération ».

Une vingtaine de personnes se tiennent la main et sont placées en ligne devant le Centre des congrès. Le centre des congrès de Vancouver accueille cette semaine des milliers de membres de l'industrie du gaz naturel. Photo : Radio-Canada / Timothé Matte-Bergeron

Rebecca Hamilton, 16 ans, est porte-parole du groupe Sustainabiliteens (« Ados pour le développement durable »), qui organisait cette manifestation se tenant en marge du 7e congrès annuel du Canada sur le gaz naturel liquéfié (GNL).

Nous vivons une crise climatique, et c’est inconcevable que l'on continue à travailler à la croissance d’une industrie qui alimente cette crise.

Rebecca Hamilton, 16 ans
Une jeune femme lit un texte, une personne l'écoute en avant-plan. En arrière-plan, plusieurs adolescents vêtus de noir, certaine des fleurs dans les mains.Rebecca Hamilton, 16 ans, a participé à l'organisation de la manifestation. Photo : Radio-Canada / Timothé Matte-Bergeron

Lilah Williamson, 14 ans, croit que ce type d’action, en attirant l’attention des passants, et même des participants au Congrès, peut avoir un impact : « Ça continue à leur montrer que nous n’allons pas les laisser faire. »

Mieux que le charbon, mais pas suffisamment

Les défenseurs du mégaprojet de terminal de GNL à Kitimat, dont la construction a débuté, plaident que l’exportation de gaz naturel vers l’Asie permettra à terme de remplacer des centrales électriques fonctionnant au charbon, une source d’énergie plus polluante.

« Même si le gaz naturel est mieux que les autres options, c’est encore très, très mal pour notre atmosphère et le climat, soutient toutefois Lilah Williamson. Je pense qu’on doit utiliser de l’énergie renouvelable. »

Un jeune femme regarde vers la gauche, on voit un drapeau du Canada renversé qui dégouline d'huile en arrière-plan.Lilah Williamson, 14 ans, dit avoir « peur pour son avenir », mais elle affirme que ce genre de manifestation lui « donne de l'espoir ». Photo : Radio-Canada

Le regroupement de jeunes plaide pour un investissement majeur dans les énergies vertes et la fin de l’exploitation du gaz naturel dans le nord de la Colombie-Britannique.

Colombie-Britannique et Yukon

Environnement