•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

1 M$ pour la recherche sur la valorisation des déchets aux Îles

Des résidus marins et des sédiments de dragages seront récupérés pour fabriquer des roches artificielles qui seront utilisées pour freiner l’érosion des berges.

Des résidus marins et des sédiments de dragages seront récupérés pour fabriquer des roches artificielles qui seront utilisées pour freiner l’érosion des berges.

Photo : Radio-Canada / Philippe Grenier

Radio-Canada

Développement économique Canada (DEC) verse un million de dollars au Centre de recherche sur les milieux insulaires et maritimes des Îles-de-la-Madeleine (CERMIM) pour mettre en place une usine-pilote sur la valorisation des déchets.

L’usine, qui sera installée près du centre de tri des Îles, servira de banc d’essai pour le développement, la valorisation et la validation de techniques et procédés qui permettront de réutiliser les résidus.

L’argent de DEC sera entre autres utilisé pour acheter de l’équipement spécialisé comme un broyeur ou une unité de séchage.

La subvention permet aussi de démarrer officiellement le projet « Béton vert ».

Des roches sur une table

Les roches artificielles du projet « Béton vert » comparées aux roches naturelles de différentes provenances.

Photo : Radio-Canada / Philippe Grenier

Des résidus marins et des sédiments de dragages seront récupérés pour fabriquer des roches artificielles qui seront utilisées pour freiner l’érosion des berges.

Le directeur associé du CERMIM, Marc-Olivier Massé, explique que l’archipel madelinot doit importer la roche dont elle a besoin pour les travaux. Il y a les coûts d'importation, tout est là, dit-il, donc l'objectif c'est de développer quelque chose qui puisse être sur le plan environnemental, un gain majeur, et puis sur le plan économique.

Plus de 1400 tonnes de résidus marins sont expédiées chaque année au Centre de gestion des matières résiduelles des Îles-de-la-Madeleine.

Le directeur associé du CERMIM, Marc-Olivier Massé

Le directeur associé du CERMIM, Marc-Olivier Massé

Photo : Radio-Canada / Philippe Grenier

La députée fédérale de la Gaspésie et des Îles-de-la-Madeleine, Diane Lebouthillier, voit donc dans le soutien offert par son gouvernement un pas de plus vers la protection de l’environnement, mais aussi un appui au développement de l’économie circulaire dans l'archipel madelinot.

Le CERMIM testera aussi l’utilisation des résidus marins en milieu agricole sur une superficie de 20 hectares.

Le projet « Béton vert » est soutenu par de nombreux partenaires, dont la Coopérative de transport maritime et aérien (CTMA), Fruits de mer Madeleine, la Communauté maritime des Îles-de-la-Madeleine, la faculté de génie civil de l’Université de Sherbrooke et l’École nationale des mines de Douai en France.

Le CERMIM est un centre de recherche affilié à l’Université de Rimouski.

Gestion rigoureuse des déchets

Le versement de la subvention de DEC au CERMIM a été annoncé par la ministre du Revenu et députée de la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine, Diane Lebouthillier.

Le versement de la subvention de DEC au CERMIM a été annoncé par la ministre du Revenu et députée de la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine, Diane Lebouthillier.

Photo : Radio-Canada / Philippe Grenier

La récupération, la réutilisation et le recyclage des matières résiduelles sont des préoccupations à la fois environnementale et financière aux Îles-de-la-Madeleine.

Il est interdit d’enfouir les déchets aux îles. Tout ce qui n’est pas utilisé par les Madelinots doit être expédié hors de l'archipel.

La facture de la gestion des matières résiduelles s’élève à 4 millions de dollars par année. La gestion des déchets occupe aux Îles le premier rang des dépenses budgétaires municipales.


Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Environnement