•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Gouvernement minoritaire ou majoritaire : dépouillement judiciaire décisif à T.-N.-L.

L'Assemblée législative de Terre-Neuve-et-Labrador à Saint-Jean de Terre-Neuve.
L'Assemblée législative de Terre-Neuve-et-Labrador siège à Saint-Jean. Photo: Radio-Canada / CBC
Patrick Butler

À Terre-Neuve-et-Labrador, cinq voix pourraient faire la différence entre une mince majorité libérale ou un gouvernement minoritaire, ce qui n'a pas été vu à l'Assemblée législative depuis 1971.

Le commissaire aux élections, Bruce Chaulk, confirme qu’il demandera un dépouillement judiciaire pour la circonscription de Labrador-Ouest, remportée par le néo-démocrate Jordan Brown.

Ce dernier a obtenu seulement cinq voix de plus que Graham Letto, le député libéral sortant et ancien ministre des Affaires municipales.

À cause de cette victoire du NPD, les libéraux ne détiennent que la moitié des 40 sièges à l’Assemblée législative et ils sont donc minoritaires.

Nous nous trouvons dans une situation où cinq voix dans une circonscription viennent de créer un équilibre très précaire.

Kelly Blidook, politologue à l'Université Memorial

Un résultat attendu avec impatience

Bruce Chaulk a jusqu’à dimanche pour demander un dépouillement judiciaire dans Labrador-Ouest. Ce dépouillement sera effectué par un juge de la Cour suprême de Terre-Neuve-et-Labrador.

Au plus tôt, on aura le résultat final à la fin de la semaine prochaine, estime Bruce Chaulk. Il faut premièrement trouver une salle d’audience et un tribunal, et il faut avoir tous les matériaux sur place.

Le dépouillement judiciaire dans Labrador-Ouest se complique par certains facteurs géographiques. Il n’y a à l'heure actuelle aucun juge de la Cour suprême basé dans l’ouest du Labrador. De plus, certains bulletins de vote (les bulletins du vote anticipé et les bulletins spéciaux) ont été dépouillés à Saint-Jean.

Le politologue Russell Williams estime cependant que, à court terme, ce nouveau gouvernement aura une certaine marge de manoeuvre, même s’il ne détient que 20 sièges. Il estime qu'il est trop tôt pour que les partis d'opposition décident de déclencher une nouvelle campagne électorale.

Cela dit, il est possible qu’à un certain point, ce gouvernement ne puisse plus faire avancer son programme, indique Russell Williams. Une victoire dans Labrador-Ouest et un 21e député libéral serait donc un énorme soulagement pour ce gouvernement.

Du déjà vu en Colombie-Britannique?

Russell Williams estime également que le choix du prochain président de l’Assemblée législative sera une décision clé pour les libéraux.

Il soutient que le Parti libéral pourrait essayer de faire élire un président de l’Assemblée qui est membre d’un parti d’opposition, tout comme l'a fait le gouvernement de la Colombie-Britannique, une coalition entre les députés du NPD et du Parti vert, en 2017.

Les dernières élections provinciales dans cette province ont mené à un résultat semblable : une circonscription dans laquelle le NPD a gagné par seulement neuf voix et un Parti libéral à qui il ne manquait qu’un siège pour devenir majoritaire.

Lors du dépouillement judiciaire qui a suivi, la victoire néo-démocrate dans Courtenay-Comox a été confirmée. Et l’alliance NPD-Parti vert qui a ensuite formé le gouvernement a trouvé un député libéral pour devenir le président de l’Assemblée.

Une longue attente

Dans Labrador-Ouest, le néo-démocrate Jordan Brown indique qu’il attend patiemment les résultats et qu’il est optimiste qu'il sera assermenté en tant que député d'ici les prochaines semaines.

Nous allons voir plus de collaboration entre les partis et le gouvernement sera forcé de nous écouter. La province au complet va en tirer avantage, soutient-il.

Le libéral Graham Letto ne voulait pas commenter le dépouillement judiciaire imminent, mais a indiqué qu’il espère que cela mène à un nouveau résultat en sa faveur.

C’est le premier dépouillement judiciaire à Terre-Neuve-et-Labrador depuis au moins 2011, quand Bruce Chaulk a été nommé commissaire aux élections.

Terre-Neuve-et-Labrador

Politique provinciale