•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« J'ai ma passe » : gens d'affaires et environnementalistes s'unissent pour un tramway à Québec

La ligne de tramway se rendra jusqu’au secteur Louis XIV, dans le nord de la ville. Photo: Ville de Québec
Radio-Canada

Des gens d'affaires de Québec, des groupes environnementaux, des organismes communautaires et des citoyens s'allient dans une vaste coalition et lancent la campagne « J'ai ma passe » pour soutenir le projet de réseau structurant de transport en commun.

Se voulant un clin d’œil à l’organisme J’ai ma place, qui vendait des sièges de l’amphithéâtre de Québec pour contribuer à son financement, le mouvement invite les citoyens à se procurer gratuitement leur laissez-passer pour le passage « en avant-première » du futur tramway en 2026.

L’initiative veut rallier 20 000 adhérents d’ici l’automne afin de démontrer leur soutien envers le futur tramway.

Rabais

La passe donnera droit à des rabais chez les commerçants participants.

Les adhérents pourront aussi prendre part à des moments clés de la réalisation du réseau de transport structurant.

La campagne est une initiative d’Accès transports viables, la Chambre de commerce et d’industrie de Québec, le Conseil régional de l’environnement de la Capitale-Nationale, Équiterre et Vivre en Ville.

« C’est de la mobilisation derrière le réseau structurant. On voulait trouver une façon d’aller chercher les citoyens de Québec, les commerçants, les promoteurs, l’ensemble de l’écosystème pour montrer l’appui envers le réseau structurant », explique Étienne Grandmont, d’Accès transports viables.

En plus de réunir les citoyens qui sont en faveur d’un tramway à Québec, l’initiative veut tenter de convaincre les sceptiques.

« Il y aura toujours des réfractaires [...] mais on est confiant qu'avec cette campagne-là, on va continuer à faire connaître encore plus le réseau structurant de transport en commun et les besoins qui le justifient », croit Étienne Grandmont.

Un projet « nécessaire » pour le développement de Québec

Une trentaine de commerçants et 25 partenaires soutiennent déjà la campagne, dont Industrielle Alliance, le Mouvement Desjardins, la Banque Nationale, Bombardier Transport et le groupe Restos Plaisirs.

Les gens d’affaires ont tout intérêt à ce que des voix s’élèvent en faveur du projet de transport en commun, estime le président-directeur général de Restos Plaisir Pierre Moreau.

« 50 % de mes employés ont moins de 25 ans. Ces jeunes-là ne veulent pas d’auto ou n’ont même pas de permis. Ils veulent se déplacer en transport en commun ou en vélo. Il faut que Québec se dote d’un transport en commun à la hauteur de nos ambitions », a-t-il souligné.

Des propos qui font écho au point de vue de l’organisme Jeunes de Québec pour la mobilité durable.

« Si Québec veut demeurer une ville compétitive, capable d’attirer de jeunes talents et de les retenir, elle a tout intérêt à se doter d’un réseau de transport en commun structurant », estime Alex Tremblay-Lamarche de l’organisme.

Cette campagne est indépendante de celle de la Ville de Québec, qui a lancé elle aussi une campagne de soutien au réseau structurant de transport en commun la semaine dernière.

Une initiative « malhonnête »

Le conseiller municipal de Québec 21 dans Neuchâtel-Lebourgneuf Patrick Paquet ne mâche pas ses mots pour critiquer cette initiative.

« C’est une carte gratuite reliée à des rabais. Est-ce que les gens vont adhérer à J’ai ma passe, ou aux rabais? », se questionne-t-il.

Patrick Paquet déplore aussi le clin d’œil à l’organisme J’ai ma place.

On s'attache avec un slogan que tout le monde connaît [...] relié à la sensibilité des gens de Québec pour le retour d'une équipe de hockey. Je trouve ça cheap shot, je trouve ça malhonnête.

Patrick Paquet, conseiller municipal, Neufchâtel-Lebourgneuf


Le chef de Québec 21 Jean-François Gosselin ajoute que son parti a lancé une pétition pour forcer la tenue d’un référendum sur le projet de tramway.

Il plaide que son initiative a déjà recueilli plus de 8000 signatures. « Ces citoyens ont autant de valeur que les PDG des grandes entreprises » a-t-il souligné.

Québec

Transport en commun