•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ses implants mammaires lui empoisonnaient la vie

Une femme sourit devant un micro.

Marie-Claire Boisvert dit avoir contracté la maladie des implants mammaires après avoir eu une augmentation de seins. Elle veut maintenant faire connaître son histoire.

Photo : Radio-Canada / Jessica Jutras

Radio-Canada

Cinq ans après avoir eu une augmentation mammaire, une jeune mère de famille de Trois-Rivières s'est fait enlever ses implants, qui l'ont rendue malade. Elle veut maintenant que toutes celles qui envisagent une opération des seins en connaissent les risques avant de passer sous le bistouri.

Marie-Claire Boisvert a fait ôter ses implants mammaires il y a six semaines. Déjà, la fatigue et les douleurs qui la tenaillaient depuis des mois ont beaucoup diminué.

80 % de mes symptômes ont disparu, a relaté la jeune femme au micro de Facteur matinal. Je n’ai plus mal aux articulations, je n’ai plus mal aux muscles, je n’ai plus mal à la tête, ma fatigue extrême est partie aussi.

Elle pense avoir été victime de la maladie des implants mammaires, une maladie qui n’est pas officiellement reconnue, mais qui fait débat au sein de la communauté médicale. Grosso modo, cette maladie serait la manifestation du rejet des implants mammaires par le corps de celle qui les reçoit.

Mettre des mots sur des maux

C’est en regardant un reportage de l’émission Enquête que Marie-Claire Boisvert a commencé à mettre des mots sur ce qui lui arrivait. « J’avais mal partout, j’étais dans une fatigue extrême : même si je dormais, je n’arrivais jamais à récupérer », se rappelle-t-elle.

J’ai toujours été quelqu’un qui a beaucoup d’énergie, là je n’en avais plus du tout.

Marie-Claire Boisvert

Elle avait passé une batterie de tests médicaux pour essayer de comprendre ce qui lui arrivait, mais en vain. En entendant parler de la maladie des implants mammaires, elle raconte avoir eu une révélation. Je me suis dit : il est là, mon problème, il est dans mes seins.

Comme la maladie des implants mammaires n’est pas reconnue, Marie-Claire Boisvert a fait ses démarches seules et a dû payer pour son explantation mammaire, soit le retrait de ses implants.

Même si cet épisode de sa vie a été pénible, Marie-Claire Boisvert dit avoir beaucoup appris. Ça m’a fait comprendre à quel point la santé, ça n’a pas de prix. Ça m’a fait évoluer en tant que personne. J’aime mieux voir le positif dans tout ça.

Raconter son histoire pour que les femmes sachent

Elle veut maintenant raconter son histoire pour que les femmes qui envisagent une augmentation mammaire sachent que cette opération comporte certains risques, notamment ceux de développer une maladie auto-immune.

À l’instar de la communauté des femmes qui ont vécu la maladie des implants mammaires, elle souhaite aussi que cette maladie soit enfin reconnue, mais elle sait que ça pourrait prendre encore des années.

En attendant, elle aimerait que Santé Canada instaure à tous le moins un registre des implants mammaires.

Mauricie et Centre du Québec

Santé physique et mentale